S'inscrire ! Pass oublié ?
Hyjoo
Portail Forums Jeux Flash Chat IRC Annuaire
Google

[Langue Française] Règles et Astuces
Section : Le comptoir
Dialogues, actualité et discussions


Actualiser  Hyjoo > Forums > Le village > Le comptoir > [Langue Française] Règles et Astuces

[Langue Française] Règles et Astuces : Discussion sur le forum Le comptoir (Dialogues, actualité et discussions : Dialoguer et discuter sur des thèmes divers : sujets de société, d'infos, d'actualité...)

 
Rechercher dans la discussion
 Langue Française Règles et Astuces
 Le comptoir : Dialogues, actualité et discussions
19/06/2007, 12h37 #1
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

[Langue Française] Règles et Astuces

Bonjour à tous,


Votre équipe de modération préférée a eu l'idée de créer ce topic dont la vocation est de mettre à disposition les principales « règles et astuces » de la langue française.

  • Ce topic sera verrouillé et mis à jour par les modérateurs du Comptoir.
  • Ce premier post servira de sommaire avec liens vers les différentes « règles ».
  • Chaque règle constituera un post du topic et sera présentée sous la forme :

    Citation
    Nom : (de la « règle »)

    Nature grammaticale : article, déterminant, nom, adjectif, verbe, pronom, adverbe, préposition, conjonction.

    Règle : énoncé de la règle.

    Astuce/Conseil :

    Exemple :

  • Le sommaire ci-dessous étant loin d'être exhaustif, vous êtes les bienvenus si vous souhaitez qu'une règle particulière soit abordée ou si vous désirez en rédiger une. Il vous suffit pour cela d'en faire part via MP à Khalyntz, Miss Teigne ou Nayanea, ou bien de poster vos contributions dans La boîte à idées.
Sommaire :
Liens utiles :
Liste des contributeurs / contributrices :
(Ordre alphabétique)

Dernière modification par Khalyntz : 26/01/2010 à 22h02. Motif: MAJ
Khalyntz est déconnecté(e)
19/06/2007, 22h52 #2
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Homophones à / a

Natures grammaticales :
  • à est une préposition.
  • a est une forme du verbe/auxiliaire « avoir » (3° personne du singulier du présent de l'indicatif).

Règles :
  • La préposition à est utilisée pour introduire des compléments qui indique un endroit, un lieu, une direction, une destination, une appartenance, une manière d'être ou d'agir.
  • La forme verbale a est utilisée comme verbe lorsque le sujet est à la troisième personne du singulier (il, elle, on, le facteur, mon frère, etc.).

Astuces/Conseils :
  • On peut remplacer la forme verbale a par la troisième personne du singulier de l'imparfait de l'indicatif du même verbe/auxiliaire « avoir » : avait. Si le sens de la phrase obtenue est intelligible, c'est qu'il s'agit bien de la forme verbale, sinon il s'agit de la préposition.
  • De manière générale, mettre la phrase à sa forme passée vous permettra de déduire l'écriture correcte.

Exemple :

Il a/à oublié son livre a/à l'école.
— On essaie la substitution : Il avait oublié son livre avait l'école.
— On écrit la phrase au passé : Il avait oublié son livre à l'école.
On en déduit l'écriture correcte : Il a oublié son livre à l'école.

Dernière modification par Khalyntz : 07/08/2009 à 05h37.
Khalyntz est déconnecté(e)
20/06/2007, 00h24 #3
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Homophones s'est / c'est / ses / ces / sais / sait


Natures grammaticales :
  • s'est : pronom personnel (pronom réfléchi) + auxiliaire/verbe « être » à la 3° personne du singulier de l'indicatif présent.
  • c'est : pronom démonstratif + auxiliaire/verbe « être » à la 3° personne du singulier de l'indicatif présent.
  • ses : déterminant possessif.
  • ces : déterminant démonstratif.
  • sais : forme verbale de « savoir » ; 1° et 2° personne du singulier de l'indicatif présent.
  • sait : forme verbale de « savoir » ; 3° personne du singulier de l'indicatif présent.


Règles/Astuces/Conseils :
  • s'est : est employé sous la forme d'un verbe pronominal conjugué avec l'auxiliaire « être » et est donc suivi d'un participe passé (s'est + participe passé). Il peut être remplacé par la forme verbale à la première personne du singulier de l'indicatif « je me suis ».
    Exemple :
    Il s'est/c'est/ses/ces/sais/sait perdu dans Paris.
    On essaie la substitution : Je me suis perdu(e) dans Paris.
    On en déduit l'écriture correcte : Il s'est perdu dans Paris.

  • c'est : peut être remplacé par « cela est » ou par sa forme au pluriel « ce sont ».
    Exemple :
    S'est/C'est/Ses/Ces/Sais/Sait une raison valable.
    On essaie la substitution: Ce sont des raisons valables (en accordant la phrase avec la forme pluriel, évidemment).
    On en déduit l'écriture correcte : C'est une raison valable.

  • ses : indique la possession. Le nom qui le suit appartient à quelqu'un. Il peut être remplacé par d'autres déterminants possessifs : ma, mon, mes, ta, ton, tes, sa, son, etc.
    Exemple :
    Le nouveau a oublié s'est/c'est/ses/ces/sais/sait livres.
    On essaie la substitution : Le nouveau a oublié son livre.
    On en déduit l'écriture correcte : Le nouveau a oublié ses livres.

  • ces : est employé pour indiquer une notion de monstration. Il peut être remplacé par ses formes au singulier : ce, cet, cette.
    Exemple :
    S'est/C'est/Ses/Ces/Sais/Sait petits chatons sont trop mignons.
    On essaie la substitution : Ce petit chaton est trop mignon.
    On en déduit l'écriture correcte : Ces petits chatons sont trop mignons.

  • sais : employé comme forme verbale de la première personne de l'indicatif présent. Son sujet est une première ou deuxième personne du singulier : je, tu, moi qui, toi qui, etc. On peut remplacer par la forme verbale correspondante de l'imparfait.
    Exemple :
    C'est toi qui s'est/c'est/ses/ces/sais/sait tout mieux que tout le monde.
    On essaie la substitution : C'est toi qui savais tout mieux que tout le monde.
    On en déduit l'écriture correcte : C'est toi qui sais tout mieux que tout le monde.

  • sait : employé comme forme verbale de la troisième personne de l'indicatif présent. Son sujet est une troisième personne du singulier : il, elle, on, le singe, ma marraine, le professeur, etc. On peut rempacer par la forme verbale correspondante de l'imparfait.
    Exemple :
    Demande à ta maman, elle s'est/c'est/ses/ces/sais/sait comment cela fonctionne.
    On essaie la substitution : Demande à ta maman, elle savait comment cela fonctionne.
    On en déduit l'écriture correcte : Demande à ta maman, elle sait comment cela fonctionne.

  • Pour différencier les cas sais et sait, il suffit de regarder le sujet (1°, 2° ou 3° personne du singulier ?).

Dernière modification par Khalyntz : 07/08/2007 à 18h21.
Khalyntz est déconnecté(e)
20/06/2007, 01h26 #4
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Homophones et / es / est / ai / aie, aies, ait


Natures grammaticales :
  • et : conjonction de coordination.
  • es, est : forme verbale du verbe/auxiliaire « être » à la 2° et 3° personne du singulier de l'indicatif présent.
  • ai : forme verbale du verbe/auxiliaire « avoir » à la 1° personne du singulier de l'indicatif présent.
  • aie, aies, ait : formes verbales du verbe/auxiliaire « avoir » à la 1°, 2° et 3° personne du singulier du subjonctif.


Règle/Astuce/Conseil :
  • et : sert à additionner. On peut le remplacer par le signe + ou par la locution conjonctive : et puis.
  • es, est : peut être remplacé par la forme verbiale correspondante de l'imparfait de l'indicatif : étais, était.
  • ai : peut être remplacé par la forme verbiale correspondante de l'imparfait de l'indicatif : avais.
  • aie, aies, ait : comme tout subjonctif est précédé quelque part dans la phrase par un « qu'/que » qui s'y rapporte (ceci est une condition nécessaire mais non suffisante).
  • De manière générale, mettre la phrase à sa forme passée vous permettra de déduire l'écriture correcte.
  • Pour différencier les cas es/est et aie/aies/ait, il suffit de regarder le sujet (1°, 2° ou 3° personne du singulier ?).


Exemples :
  • Cette maison et/est/ai/aie/aies/ait celle de Laure et/est/ai/aie/aies/ait Pierre.
    On écrit la phrase au passé : Cette maison était celle de Laure et Pierre.
    On en déduit l'écriture correcte : Cette maison est celle de Laure et Pierre.

  • Je ne comprends pas que tu n'et/est/ai/aie/aies/ait même pas pris la peine de répondre.
    On remarque : [...] que tu n'et/est/ai/aie/aies/ait [...]
    On essaie la substitution : Je ne comprends pas que tu n'étais/avais même pas pris la peine de répondre.
    On en déduit l'écriture correcte : Je ne comprends pas que tu n'aies même pas pris la peine de répondre.

Dernière modification par Khalyntz : 07/08/2007 à 16h51. Motif: mise en page
Khalyntz est déconnecté(e)
20/06/2007, 11h24 #5
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Homophones ce / se et ça / sa

Natures grammaticales :
  • ce : pronom démonstratif
  • se : pronom pesonnel (pronom réfléchi)
  • ça : pronom
  • sa : déterminant possessif


Règles/Astuces/Conseils :
  • ce : On peut le remplacer par sa forme pluriel ces.
  • se : est une partie d'un verbe pronominal (se + verbe), il est donc suivi d'un verbe (conjugué ou non).
  • ça : On peut le remplacer par cela.
  • sa : indique la possession. Le nom qui le suit appartient à quelqu'un. Il peut être remplacé par d'autres déterminants possessifs : ma, mon, mes, ta, ton, tes, son, etc.


Exemples :
  • Pierre a invité ça/sa soeur à dîner dans se/ce nouveau restaurant.
    On essaie la substitution : Pierre a invité cela/ma soeur à dîner dans ces nouveaux restaurants.
    On en déduit l'écriture correcte : Pierre a invité sa soeur à dîner dans ce nouveau restaurant.

  • Il se/ce rend compte que ça/sa ne peut pas fonctionner ainsi.
    On essaie la substitution : Il ces rend compte que cela/ma ne peut pas fonctionner ainsi.
    On en déduit l'écriture correcte : Il se rend compte que ça ne peut pas fonctionner ainsi.
Khalyntz est déconnecté(e)
20/06/2007, 12h25 #6
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Participe présent / adjectif verbal


Règles :
  • Le participe présent exprime une action. Il se termine par ant et est invariant.
  • L'adjectif verbal désigne un état. Il appartient à un groupe nominal, se termine par ent ou ant et s'accorde avec le nom.


Astuce/Conseil :
  • Le participe présent peut être encadré par ne... pas.
  • L'adjectif verbal peut être précédé par très.


Exemples :

Le gardien somnolant/somnolent, le voleur a pu rentrer facilement.
Le gardien somnolant/somnolent n'a pas vu le voleur rentrer.

On essaie les substitutions :
— Le gardien ne somnolant/somnolent pas, le voleur n'a pas pu rentrer facilement.
— Le gardien très somnolant/somnolent n'a pas vu le voleur rentrer.

On en déduit les écritures correctes :
— Le gardien somnolant, le voleur a pu rentrer facilement.
— Le gardien somnolent n'a pas vu le voleur rentrer.


Liste (non exhaustive) de « participe présent/adjectif verbal » présentant des particularités orthographiques :

participe présent / adjectif verbal
communiquant / communicant
convainquant / convaincant
fatiguant / fatigant
naviguant / navigant
négligeant / négligent
provoquant / provocant
convergeant / convergent
divaguant / divagant
naviguant / navigant
suffoquant / suffocant
fabriquant / fabricant
vaquant / vacant
déléguant / délégant
intriguant / intrigant

Dernière modification par Khalyntz : 07/08/2009 à 05h39.
Khalyntz est déconnecté(e)
20/06/2007, 13h38 #7
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Les points de suspension


Règles :

Les points de suspension vont par 3 « ... » et peuvent indiquer :
  • une pause dans une phrase parlée ou dans une phrase interrompue : parole coupée, indécision, hésitation, réticence, prolongement inexprimé de la pensée, etc.
    Les points peuvent même intervenir au milieu d'un mot.
    Exemples :
    — Vous avez vraiment vu un fantô...
    — Des fois... des fois, je rêve de tout recommencer.
    — Je rêve souvent de retrouver ces fleuves ruisselants, ces montagnes lumineuses, ces nuages d'argents, ...

  • Une énumération incomplète : ils peuvent alors être remplacés par « etc. » (« etc. » n'est d'ailleurs jamais suivi de points de suspension).
    Exemple : des voitures, des bâteaux, des avions... (des voitures, des bâteaux, des avions, etc.)

  • Une coupure dans une citation : ils sont alors placés entre crochets []. On utilise cela lorsque l'on coupe un mot, une phrase ou plusieurs paragraphes d'un texte pour en garder l'essentiel à notre citation.
    Exemple : « Moi, c' est moralement que j'ai mes élégances. Je ne m'attife pas ainsi qu'un freluquet, mais je suis plus soigné si je suis moins coquet [...] Mais je marche sans rien sur moi qui ne reluise, empanaché d' indépendance et de franchise ; ce n'est pas une taille avantageuse, c'est mon âme que je cambre ainsi qu'en un corset, et tout couvert d'exploits qu'en rubans je m'attache, retroussant mon esprit ainsi qu'une moustache, je fais, en traversant les groupes et les ronds, sonner les vérités comme des éperons. » (Extrait de Cyrano de bergerac d'Edmond Rostand)

  • Un mot grossier, un sacre, ou tout autre mot tabou : on peut écrire la première lettre du mot et remplacer les autres par des points de suspension, ou carrément remplacer tout le mot par des points de suspension.
    Exemple : « Vous êtes de la m... dans un bas de soie. » (mot de Napoléon Ier à Talleyrand)


Précisions :
  • Les points de suspension peuvent accompagner virgule, point-virgule, point d'exclamation ou d'interrogation. On les place avant s'ils terminent la phrases, après s'ils impliquent un prolongement de pensée.
    Exemples :
    — Il faut espérer qu'il en tire profit, sinon ?...
    — Il ne voit rien..., il ne comprend rien...

  • Les points de suspension se confondent avec le point final et le point abréviatif. (ndlm : M., V.T.T., etc. sont des exemples de points abréviatifs).
    Exemple : Il y avait des vélos de course, des vélos de ville, des V.T.T...

  • Les points de suspension ne forcent la majuscules que s'ils se confondent avec une ponctuation de fin de phrase.
    Exemple : Je crois bien... mais je ne peux le certifier... Tu pourras lui demander confirmation quand tu la verras.

Dernière modification par Khalyntz : 21/09/2009 à 10h08.
Khalyntz est déconnecté(e)
22/06/2007, 23h01 #8
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : La ponctuation et les espaces


Règles :
  • Il y a une espace entre les mots d'une phrase et entre les phrases.

  • Il n'y a pas d'espace avant, ni après une apostrophe.

  • Il n'y a pas d'espace avant la virgule, mais il y en a une après.

  • Il y a une espace avant et après les deux points. Il en est de même pour le tiret.

  • Pour les guillemets : il y a une espace avant et après (sauf guillemets anglais où il n'y a qu'une espace avant pour le guillemet ouvrant et une espace après pour le guillemet fermant).
    Attention, il n'y a pas d'espace entre le guillemet fermant et la ponctuation simple qui suit. De même, il n'y a pas d'espace entre la parenthèse ouvrante et le guillemet ouvrant qui suit. Enfin, il n'y a pas d'espace entre le guillemet fermant et la parenthèse fermante qui suit.
    Ex : On consultera les ouvrages suivants : « Mon premier Bescherelle » et « Mon premier dictionnaire ».

  • Pour les parenthèses : une espace avant pour la parenthèse ouvrante et une espace après pour la parenthèse fermante (pour simplifier, on laisse des espaces à l'extérieur, mais pas à l'intérieur).
    Attention, il n'y a pas d'espace entre la parenthèse fermante et la ponctuation simple qui suit. De même, il n'y a pas d'espace entre deux parenthèses fermantes.
    Ex : Nous dirons donc (sans insister) que l'on doit respecter les consignes et les règles décrites dans la charte (et dans la FAQ).

  • Le point n'est pas précédé d'espace mais il y en a une après.

  • Pour les points d'interrogation, d'exclamation et le point-virgule (typographie européenne) : une espace avant et une espace après.
    Attention, il n'y a pas d'espace entre le point d’interrogation (ou le point d’exclamation) et la parenthèse fermante qui suit.

  • Il n'y a pas d'espace avant les points de suspension, mais il y en a une après.
    Attention, il n'y a pas d'espace entre les points de suspension et la parenthèse fermante qui suit.

  • « Espace », dans son sens typographique, est du genre féminin.


Astuce :

De manière générale, tous les signes de ponctuation simples ne sont suivis que d'une espace et tous les signes de ponctuation doubles sont précédés et suivis d'une espace.


Autre exemple :

Oui ? Non ! Voyez donc : c'est ainsi ; ça ne se discute pas.

Dernière modification par Nayanea : 29/09/2007 à 13h39.
Khalyntz est déconnecté(e)
11/07/2007, 10h02 #9
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Homophones tant / temps / tend / tends / t'en


Natures grammaticales :
  • tant est un adverbe,
  • temps est un nom commun,
  • tends est une forme du verbe « tendre » (1ère et 2ème personne du singulier au présent de l'indicatif),
  • tend est une forme du verbe « tendre » (3ème personne du singulier au présent de l'indicatif),
  • t'en est composé du pronom te et du pronom en.

Règles et astuces :
  • l'adverbe tant signifie « tellement » ou « autant »,
  • le nom commun temps est masculin,
  • la forme verbale tends est utilisée comme verbe lorsque le sujet est à la 1ère ou à la 2ème personne du singulier (je, tu),
  • la forme verbale tend est utilisée comme verbe lorsque le sujet est à la 3ème personne (il, mon père, ma mère…),
  • t'en peut être remplacé par « cela ».

A retenir :
  • tant mieux ; tant pis ; tant et plus ; tant que ; en tant que,
  • à temps ; en même temps ; de temps en temps,
  • t'en est toujours suivi d'un verbe.

Exemples :
  • Il y avait tant (tellement) de monde qu'on ne pouvait pas entrer.
  • Le temps est à la pluie. Je n'ai pas le temps.
  • Je tends, tu tends.
  • L'archer tend son arc.
  • Ne t'en occupes pas (Ne t'occupes pas de cela).
    Du gâteau? Il t'en donnera (Il te donnera de cela = du gâteau).

Dernière modification par Khalyntz : 18/07/2007 à 13h23.
Khalyntz est déconnecté(e)
11/07/2007, 11h02 #10
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Discussion / discutions


Natures grammaticales :
  • discussion est un nom féminin,
  • discutions est une forme du verbe « discuter » (1ère personne du pluriel à l'imparfait de l'indicatif et au présent du subjonctif).

Définition du mot « discussion » :
(Pluriel discussions)
  • sens 1 : Débat, examen de vues contradictoires. Ex : Des discussions politiques.
  • sens 2 : Vif différend. Ex : Leur violente discussion de la veille ne laissait que peu d'espoir sur un accord.
  • sens 3 : Conversation, échange. Ex : Une discussion privée.

Conjugaison du verbe « discuter » :
  • à l'imparfait de l'indicatif :
    — je discutais,
    — tu discutais,
    — il discutait,
    — nous discutions,
    — vous discutiez,
    — ils discutaient.
  • au présent du subjonctif :
    — que je discute,
    — que tu discutes,
    — qu'il discute,
    — que nous discutions,
    — que vous discutiez,
    — qu'ils discutent.

A retenir :

Le mot « discution » n'existe pas.

Dernière modification par Khalyntz : 07/08/2009 à 05h40.
Khalyntz est déconnecté(e)
11/07/2007, 12h07 #11
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Homophones différend / différent


Natures grammaticales :
  • différend est un nom masculin,
  • différent est un adjectif.

Définition de « différend » :
(Pluriel différends)

Sens : Désaccord, opposition, litige, discussion, contestation. Débat entre deux ou plusieurs personnes à propos d’opinions, de questions d’intérêt, etc., sur lesquelles elles ne sont pas d’accord.


Définition de « différent » :
(Masculin différent ; pluriel différents ; féminin différente ; féminin pluriel différentes)

Sens : Dissemblable, qui diffère, qui est autre.

Exemples :
  • Il faut leur laisser vider ces différends.*
  • Faire naître un différend.
  • Apaiser, assoupir un différend.
  • Une chaise et un marteau, c'est différent.

* « Vider » un différend signifie l'éliminer.

Dernière modification par Khalyntz : 16/07/2007 à 22h01.
Khalyntz est déconnecté(e)
17/07/2007, 10h39 #12
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Terminaisons en [e] des verbes du 1er groupe
Infinitif / Participe passé / Présent / Imparfait / Passé simple


Règles :
  • L'infinitif s'emploie comme nom ou comme verbe. Il se termine par er.

  • Le participe passé fait partie d'une forme verbale ou s'emploie dans un rôle identique à celui de l'adjectif. Il se termine par é et s'accorde suivant des règles précises (voir la fiche Les participes passés et leurs accords).

  • Le présent (2ème personne du pluriel vous -ez) exprime que l'action est en train de se dérouler.

  • L'imparfait (1ère je -ais , 2ème tu -ais et 3ème il, elle, on -ait personnes du singulier et 3ème personne du pluriel ils, elles -aient) exprime une action en cours, une action qui dure, une habitude, un futur proche dans le passé.

  • Le passé simple ( 1ère personne du singulier je -ai) exprime un fait achevé dans le passé.


Astuces/Conseils :
  • Remplacer le verbe du 1er groupe par un verbe du 3ème groupe (vendre, tenir, paraître, craindre, etc. ) qui vous permettra de faire très rapidement la différence entre participe passé, infinitif, imparfait et passé simple (voir tableau ci-dessous).



  • Lorsque deux verbes se suivent, le deuxième est très souvent à l'infinitif.

    Attention, certains cas sont des exceptions, notamment lorsque le verbe "qui précède" est un auxiliaire ou un verbe d'état (voir la fiche Les verbes (généralités)).
    Exemples :
    • Je voulais (imparfait) voir (infinitif) les étoiles filantes.
    • J'ai (auxiliaire) voulu (participe passé) la vendre (infinitif) au marché.
    • L'espace d'un instant, je semblai (passé simple - verbe d'état) choquée (participe passé).
    • Il paraissait (imparfait - verbe d'état) vouloir (infinitif) discuter avec nous.

  • Une préposition (à, pour, sans, de, etc.) est toujours suivie d'un infinitif.
    Exemple : Je la suis pour mieux la surveiller mais elle n'est pas du genre à me laisser faire sans rien dire.

  • Pour différencier les cas « présent » (2ème personne du pluriel) et « imparfait » (1ère, 2ème, 3ème personnes du singulier, 3ème personne du pluriel), on regarde la personne (je, tu, il, vous, ils ?).


Exemples :
  • Le vent souffler/soufflé/soufflez/soufflais,ait/soufflaifort quand je rentrer/rentré/rentrez/rentrais,ait/rentrai dans le magasin.
    On essaie les substitutions :
    Le vent vendre/vendu/vendez/vendais,ait/vendis fort quand je vendre/vendu/vendez/vendais,ait,aient/vendis dans le magasin.
    On en déduit l'écriture correcte :
    Le vent soufflait (imparfait) fort quand je rentrai (passé simple) dans le magasin.

  • Boire ou manger/mangé/pensez/mangeais,ait,aient/mangeai, le choix était difficile mais j'ai préférer/préféré/préférais,ait,aient/préférai boire ; qu'en penser/pensé/pensez/pensais,ait,aient -vous ?
    On essaie les substitutions :
    Boire ou vendu/vendre/vendais,ait/vendis, le choix était difficile mais j'ai vendre/vendu/vendez/vendais,ait,aient/vendis boire : qu'en vendre/vendu/vendezvendez/vendais,ait,aient/vendis -vous ?
    On en déduit l'écriture correcte :
    Boire ou manger (infinitif), le choix était difficile mais j'ai préféré (participe passé) boire : qu'en pensez (présent)-vous ?

Dernière modification par Khalyntz : 13/08/2007 à 13h55.
Khalyntz est déconnecté(e)
17/07/2007, 11h40 #13
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Les participes passés
et leurs accords

Les participes passés :
  • Les participes passés des verbes du 1er groupe (voir la fiche Les verbes (généralités)) s'obtiennent en remplaçant la terminaison -er par .
    Exemples : manger › mangé / attraper › attrapé.

  • Les participes passés des verbes du 2ème groupe (voir la fiche Les verbes (généralités)) s'obtiennent en remplaçant la terminaison -ir par -i.
    Exemples : finir › fini / gémir › gémi.

  • Les participes passés des verbes du 3ème groupe (voir la fiche Les verbes (généralités)) ne sont pas « réguliers ». La plupart du temps, on retrouve des terminaisons en -u, -i, -s et -t.

Astuce : Pour connaître la terminaison d'un participe passé, il faut le mettre à sa forme féminine.
  • peindre › peinte › peint.
  • mettre › mise › mis.
  • paraître › parue › paru.
  • rejoindre › rejointe › rejoint.
  • partir › partie › parti.
  • courir › courue › couru.
  • répondre › répondue › répondu.
  • conduire › conduite › conduit.
Attention, il y a deux exceptions à cette « astuce » :
  • absoudre › absoute au féminin mais absous au masculin.
  • dissoudre › dissoute au féminin mais dissous au masculin.


Accords du participe passé:
  • Le partcipe passé seul.

    Règle : Lorsque le participe passé est employé comme un adjectif, alors il s'accorde en genre et en nombre avec le nom qu'il qualifie.

    Exemples : une pomme tombée ; un stylo usé ; des cartes abîmées.

    Exceptions :
    • Les participes passés « attendu, compris, non-compris, y compris, entendu, excepté, ôté, ouï, passé, supposé, vu » lorsqu'ils ont une valeur de préposition restent invariables.
      Exemples : Attendu son incapacité, il faut le protéger / Excepté sa famille, il n'a aucun défaut.

    • Les expressions « ci-annexé, ci-joint, ci-inclus » sont invariables lorsqu'on leurs donne une valeur adverbiale (ce qui reste très subjectif et soumis à l'appréciation du rédacteur).
      Exemple : Veuillez trouver ci-joint copie du document demandé.

    • Les expressions « étant donné, mis à part, fini, passé » sont, au choix, variables ou invariables.
      Exemple : Mis à part son attitude / Mise à part son attitude.

    • Les participes passés « coûté, valu, pesé, marché, couru, vécu, dormi, régné, duré... » sont invariables avec un complément circonstanciel de mesure (qui répond à la question « combien ? »).
      Exemple : Les 300€ que cette table m'a coûté. « 300€ » est ici un complément circonstanciel de mesure et non un complément d'objet direct (avec lequel le participe passé s'accorderait dans ce cas).

    • Les participes passés « dit, dû, su, voulu, cru, pu, pensé, permis, prévu... » restent invariables lorsque l'objet direct est un infinitif (ou une proposition) à sous-entendre après eux. Le pronom relatif « que » est alors complément d'objet direct du verbe sous-entendu et non du participe passé.
      Exemples : Il a donné toute l'affection qu'il a pu (Il a pu quoi ? Il a pu donner l'affection) / Il nous a dit des choses que nous n'avons pas crues (Nous n'avons pas cru quoi ? Nous n'avons pas cru les choses).


  • Le participe passé avec l'auxiliaire « être » , les verbes d'état (voir la fiche Les verbes (généralités)) et les verbes essentiellement pronominaux employés avec l'auxiliaire « être » (voir la fiche sur Les verbes pronominaux).

    Règles : Le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec le sujet.

    Exemples :
    • Elle s'est évanouie (verbe essentiellement pronominal).
    • Mes amies paraissent fatiguées aujourd'hui (verbe d'état).
    • Les sapins sont morts très vite (auxiliaire « être »).


  • Le participe passé avec l'auxiliaire « avoir » et les verbes occasionnellement pronominaux employés avec l'auxiliaire « être » (voir la fiche sur Les verbes pronominaux).

    Règles : Le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec le complément d'objet direct (COD) lorsque celui-ci est situé avant le verbe. Si le COD est placé après le verbe ou s’il n’y a pas de COD, alors le participe passé reste invariable.

    Astuce/Conseil : On pose la question « qui ? quoi ? » pour trouver le COD de la phrase.

    Exemples :
    • Elle s'est arrangé une toilette très soignée. (verbe occasionnellement pronominal)
      Elle a arrangé quoi ? « Une toilette soignée » est le COD de la phrase. Il est placé après le verbe donc le participe passé reste invariant.

    • Elle s'est lavée : elle a lavé qui ? Elle-même, ici le « elle-même » est remplacé par s', donc le COD est placé avant le participe passé, il y a donc accord.

    • Elle s'est lavé les mains : elle a lavé quoi ? ses mains : COD placé après le participe passé pas d'accord.

    • Tante Claire s'était habituée à lire le grec.
      Tante Claire avait habitué qui ? « tante Claire » est le COD de la phrase. Il est placé avant le verbe donc le participe passé s'accorde avec.

    • La pomme que j'ai mangée est excellente.
      J'ai mangé quoi ? « la pomme ».

    • Les feuilles avaient jauni.
      Pas de COD, donc pas d'accord.

Dernière modification par Khalyntz : 13/08/2007 à 13h56.
Khalyntz est déconnecté(e)
17/07/2007, 12h41 #14
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Les verbes pronominaux


Définition :
Les verbes pronominaux sont ceux qui sont accompagnés d'un pronom reprenant le sujet (Je me lave. Tu te dépêches. Il se regarde. Nous nous regardons. Vous vous levez).

Précision :
Un verbe d'action (par opposition au verbe d'état, voir la fiche Les verbes (généralités)) peut se présenter sous trois aspects, trois voix : voix active (le sujet fait l'action), voix passive (le sujet subit l'action), voix pronominale (pronom reprenant le sujet).

On retrouve deux types de verbes pronominaux :
  • Les verbes essentiellement pronominaux.
    Ces verbes n'existent qu'à la voix pronominale.

  • Les verbes occasionnellement pronominaux.
    Ces verbes existent à d'autres voix.

Astuce :
On reconnait qu'un verbe est essentiellement pronominal ou occasionnellement pronominal en regardant si le verbe peut exister sans le pronom qui l'accompagne.


Exemples :
  • se couper › le verbe « couper » existe (même si son sens diffère de celui de sa forme pronominale), « se couper » est donc un verbe occasionnellement pronominal.
    Elle se coupe la main / Elle coupe une branche.

  • se souvenir › le verbe « souvenir » n'existe pas, « se souvenir » est donc un verbe essentiellement pronominal.
    Mon grand-père se souvient de la guerre / Par contre, on ne peut pas « souvenir » quelque chose.

Dernière modification par Khalyntz : 07/08/2007 à 18h28.
Khalyntz est déconnecté(e)
17/07/2007, 13h41 #15
Khalyntz 
Dieu supérieur
Coordinateur Hyjoo

Khalyntz

Re : [Langue Française] Règles et Astuces

Nom : Homophones quel(s/le/les) / qu'elle(s)
et quel(s/e/les) que / quelque(s)


Natures grammaticales :
  • Quel(s/le/les) sont des adjectifs interrogatifs ou exclamatifs.
  • Qu'elle(s) sont formés des pronoms que et elle(s).

  • Quel(s/le/les) que sont composés des adjectifs quel(s/le/les) et du pronom que.
  • Quelque est un adverbe.
  • Quelques est un déterminant.

Règles :
  • Quel(s/le/les) s'écrit en un seul mot et s'accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte quand il sert à s’exclamer ou à s’interroger :
    • quel est la forme « masculin singulier »,
    • quels est la forme « masculin pluriel »,
    • quelle est la forme « féminin singulier »,
    • quelles est la forme « féminin pluriel ».

  • Qu'elle(s) s'écrit en deux mots « que + elle(s) » lorsqu'on peut le remplacer par sa forme « masculin » qu'il(s).
    Il est souvent suivi d'un verbe.
    Attention, lorsqu'il n'est pas suivi d'un verbe, il peut être remplacé par que lui.

  • Quel(s/le/les) que se place directement devant le verbe « être » au subjonctif et s'accorde en genre et en nombre avec le nom qui suit le verbe.

  • Quelque est invariant. On peut le remplacer par si ou environ.

  • Quelques s'accordent lorsqu'il est l'équivalent de plusieurs.


Exemples :
  • Quels beaux topics !
    On ne peut pas dire : « qu'ils beaux topics ».
  • Quelle robe vais-je mettre ? Et quel chapeau ?!

  • Je crois qu'elle est heureuse.
    On peut dire : « qu'il est heureux ».
  • L'ami qu'elles ont appelé est venu.
    On peut dire : « qu'ils ont appelé ».

  • Jeanne est très intelligente ; ma soeur l'est autant qu'elle.
    On peut dire : « ma soeur l'est autant que lui ».

  • Quelles que soient vos priorités.
  • Quel que soit votre diplôme.

  • Il y a quelque 3000 personnes dans ce stade.

  • Il reste quelques fautes dans ton post.

Dernière modification par Khalyntz : 13/08/2007 à 13h57.
Khalyntz est déconnecté(e)

Navigation rapide:

« Discussion précédente | Discussion suivante »
Emplacement :
Actualiser  Hyjoo > Forums > Le village > Le comptoir > [Langue Française] Règles et Astuces

Utilisateurs regardant cette discussion : 0 ( membre(s) et 0 invité(s))

Discussions similaires 
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Langue étrangères linette Le laboratoire 18 21/06/2009 20h48
[Astuces] Astuces pour la purée déshydratée chapelier fou Cuisine et restaurants 12 24/02/2007 02h14
Langue Vampirique tcheng Gehenne (V1) - Roleplay 33 28/04/2004 22h18
*rubrique astuces* Lanfeust Helbreath 8 03/04/2002 17h49
Rechercher dans cette discussion 
Rechercher dans cette discussion:

Recherche avancée


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 06h26.

Edité par vBulletin - Copyright © 2000-2005 Jelsoft Enterprises Limited
Copyright © Hyjoo - Tous droits réservés