S'inscrire ! Pass oublié ?
Hyjoo
Portail Forums Jeux Flash Chat IRC Annuaire
Google

Islande
Histoire & Géographie


Actualiser  Hyjoo > Forums > Le village > Le comptoir > [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Islande (Histoire & Géographie) : Fiche / Article de la section Culture, Arts & Spectacles, crée sur le forum Le comptoir (Dialogues, actualité et discussions : Dialoguer et discuter sur des thèmes divers : sujets de société, d'infos, d'actualité...)

 
Rechercher dans la discussion
 Islande
 Categorie : Histoire & Géographie
 
 Rédaction : Chat-alors (25/09/2009)

Nom : Islande



Population : Environs 320 000 habitants, dont les 2/3 sont concentrés dans l'agglomération de Reykjavik

Superficie : 103 000 km² dont 12% de glaciers et 63% de zone désertique

Densité : 3,1 habitants/km². C'est une moyenne. La grande majorité de l'interieur du pays est totalement inhabité (pire que la Creuse!)

Esperance de vie : 80 ans en moyenne

Langue : Islandais. La quasi totalité de la population parle un très bon anglais, ainsi que le danois. Quasiment personne ne parle le français (mais comme ils pensent aux touristes, certains sites ont des audioguides, dépliants dans notre langue). C'est l'une des langues les plus pures au monde. Ainsi, les islandais peuvent lire sans difficultés les textes des Sagas, écritent au XIIIe siècle. Les islandais sont très jaloux de leur langue et islandise tout ce qui passe, même les mots étrangers. Si l'on regarde se que ça veut dire, c'est parfois à hurler de rire. Un ordinateur, tolva, est l'oracle qui compte. Le téléphone, talsimi, est le fil qui parle. On en arrive donc à des trucs un peu dingues, et pas forcément usités au quotiden. On considère que le dictionnaire ne reprend que 80 000 mots des 600 000 mots que comprendrait réellement la langue.

Monnaie : la couronne islandaise (Krona, ISK). 1€ = 180 ISK. Pour info, il a y a 3 ans, 1€ = 80 ISK. La crise est passée par là!

Régime: Parlementaire (l'Althing est l'un des plus vieux parlement au monde)

Président : Ólafur Ragnar Grímsson

Premier ministre : Jóhanna Sigurðardóttir (qui est, pour info, la première chef de gouvernement au monde à être clairement et notoirement homosexuelle). J'en profite pour dire qu'en Islande, l'égalité homme/femme est particulièrement ancrée dans les mentalités. Un parti politique des femmes avaient été crée et, une fois leurs revendications acceptées, dissout

Les noms: Vous prenez le prénom de votre père, vous y rajouter -son pour les hommes et -dottir pour les femmes. A noter qu'il est interdit de donner un prénom non-islandais à ses enfants (j'imagine en effet le bazar que ça ferait si on voyait arriver des Sebastienson ou des Rachidottir...)

Drapeau : Bleu (pour la mer) avec la croix scandinave rouge (les volcans) sur fond blanc (pour la glace)



Climat : Très très variable. Un proverbe de là bas dit en substance "Si vous êtes pas satisfait du temps qu'il fait, attendez cinq minutes". Les plus cyniques rajoutent parfois "...ça sera pire!". Disons qu'il pleut en moyenne un jour sur deux, bien qu'il soit rare d'avoir une pluie discontinue. Ca sera plutôt des averses. Il peut également y avoir pas mal de vent... Les températures, si elles ne montent guère au delà de 15°C en moyenne (il y a parfois des journées de canicule à 20°...), ne descendent paradoxallement pas beaucoup en dessous des -10°C en hiver (en journée, puisque les nuits sont parfois vraiment très fraiches, même en été). En effet, le Gulff Stream passe au Nord de l'ile, ce qui explique qu'en dépit du fait que l'on soit à hauteur du cercle polaire, il fait en général meilleur au Nord qu'au Sud du pays, tant au niveau des températures que du temps. La ville de Vik détient d'ailleurs le titre de coin le plus humide d'Islande (et c'est pas peu dire!)

Phénomènes météo : En été, vous pourrez admirer le soleil de minuit, phénomène qui se produit au mieux au Nord du pays. Le 21 Juin, au solstice, le soleil se couche à un peu plus de minuit et se lève à 3h. Entre les deux, il fait encore assez jour pour bouquiner dehors (avec un bon pull, quand même!). Pour les européens que nous sommes, s'il est charmant, ce phénomène peut être assez destabilisant et il est très fortement conseillé d'emporter un masque de nuit, les habitations islandais ignorant en général l'usage des volets et des rideaux. Ce phénomène a une contrepartie : le 21 Décembre, au solstice d'hiver, le soleil se lève vers les midi pour se coucher vers 15h. La période de Novembre à Janvier est à se titre un peu angoissante. Mais, comme la Nature est sympa, en hiver, on a les Nothern Highlights, les aurores boréales. Et... c'est magnifique!!!

Cuisine : Je pourrais vous sortir ce que disent les guides de voyage en général, mais dans ce cas là, vous emmeneriez votre stock de nourriture personnel vous ne pas manger de surmatur (des abats de moutons ou de phoque) ou de hakari (de l'aileron de requin vieilli dans le sol pendant des mois et qui a un gout completement infâme). Les plats traditionnels ne sont consommés qu'une fois l'an. La cuisine islandaise "courante", elle, est délicieuse:

- le skyr est une sorte de yahourt épais aromatisé à plein de chose. Franchement, Danone et Co ferait mieux de commercialiser ça en France, parce que c'est largement meilleur que ce qu'ils font!



- le hangikjot est un jambon fumé d'agneau. Ca a un goût assez prononcé de feu de bois, mais c'est un délice, sur du flatbread (qui, comme son nom l'indique, est un pain plat)



- le kaviar, qui est une sorte d'oeufs de poisson en tube type mayonnaise. Et c'est un bonheur, pas comme l'espèce de tarama pourri qu'on trouve chez nous
- le poisson seché, qu'on trouve en sachet et qu'on mange un peu comme des chips. C'est très bon, mais ça pue légèrement...



- les smjorosturs, des sortes de pots de fromage fondu style Vache qui Rit aromatisés au bacon, aux crevettes, aux champignons... Indispensable quand vous vous faites des sandwiches, c'est un régal (surtout celui au bacon!!)
- le rugbraud, une sorte de pain complet noir très bourratif mais délicieux. A Myvatn, ils en font qu'ils cuisent dans les champs de lave encore chauds, et ça lui donne un goût vraiment très fumé, mais avec une bonne tranche de saumon fumé, c'est à en pleurer de bonheur
- le chocolat Sirius, qui égal le chocolat au lait suisse, à un prix minime
- le snurdur, une patisserie briochée énorme qui redonne de l'énergie et foi en l'humanité! Le vindabraud, aussi!


Snurdur



Pour les touristes (parce qu'à part eux...), on peut trouver des resto servant du Lundi, autrement connu comme étant le macareux moine (vous savez, ce petit oiseau rigolo au noir et blanc au bec orange), qui est le symbole de l'Islande. Ca a un gout de canard, et on n'arrete pas de penser à cette petite bestiole si rigolotte en le mangeant, ce qui plombe un peu le repas.



Puffin encore vivant. Vous oseriez le manger?

Vous pourrez également manger de la baleine mais, dans la mesure où c'est peu ou prou du steak, sauf si vous voulez vous la pêter en disant que vous avez mangé Moby Dick, je ne vois pas l'interet...
Et pour ceux qui ne veulent pas être dépaysés, l'Islande a des centaines de fast food dans ses villes (ou plutôt villages), principalement des KFC. Aussi étonnant que ça puisse paraitre, il n'y a qu'un McDo en Islande.

Pour tout ce qui est boisson, attention, lisez bien ce qui suit. La consommation de bière n'est autorisée que depuis 1989 (interdite pendant 74 ans) et même maintenant, vous ne trouverez en supermarché que les bières light. Pour la bière normale, les alcools forts et le vin il faut aller au Vinbud, des magasins d'Etat très réglementés, fermés les WE (autant dire que le Vendredi soir, y'a du monde). On y trouve de très bonne bières et du Brenevin, sorte de vodka aromatisée à l'angelique, très bonne, ou la Reyka, la vodka locale.



Dans les resto, le vin est completemet hors de prix, donc abstenez vous. Par contre, désolé les jeunes, on entre pas dans un bar avant 20 ans! De toute manière, les consommations sont assez cheres, ce qui pousse les jeunes islandais à se lancer dans les runtur. Le principe est simple. Avec des amis, vous embarquez votre pack de bière dans la voiture et vous roulez à 5 km/h dans les rues de la vie, pare chocs contre pare chocs avec d'autres jeunes. Quand vous voyez quelqu'un que vous connaissez, vous le faite monter dans la voiture pour boire un coup, comme dans un bar roulant. Le runtur de Reykjavik est assez sympa à voir. Celui des autres villes, moins, dans la mesure où quand il n'y a que 2 rues à faire... Par contre, c'est assez bruyant, donc les ear plugs sont conseillés si vous voulez dormir tôt un Vendredi soir... Par contre, malgré une consommation d'alcool assez importante, il n'y a quasiment jamais de soucis et même si vous rentrez très tard un soir de runtur, vous ne risquerez (quasiment) rien. A vrai dire, l'Islande est un pays extremement sûr.
Les islandais sont aussi les champions de la consommation de café, vous en trouvez partout, même dans les banques, en libre service le plus souvent, ou a un prix défiant toute concurrence. Le thé est plus rare. A noter que leur gout de la caféine leur fait boire pas mal de soda (qui ont des pubs immenses dans toutes les films, on se croit parfois aux USA)

Petite anecdote sympa sur les islandais... Ce sont des gens très modernes, très ouvert aux nouvelles technologies. Tous ou presque ont internet, le paiement par carte se fait presque partout (même dans les bus) et si vous payez une somme dépassant les 5€ en liquide, vous êtes clairement un touriste. A côté de ça, la majorité de la population est persuadé de l'existence des fées, des elfes... On raconte même qu'une route de la banlieue de Reykjavik a été déviée pour ne pas avoir à dynamiter une roche habitée par les elfes.

Population : une récente étude génétique a démontré que 80% des hommes avaient des origines scandinaves et que 50% des femmes avaient des origines celtes (les autres 50% étant scandinave). Il en ressort que vous pouvez croiser une fille blonde comme les blés et trois pas plus loin, une autre aussi brune que possible. Les non-caucasien restent très rares.

Religion : ils ont a une extrême majorité lutherien. Pour la petite histoire, en l'an 1000, l'Althing décide d'adopter la religion chretienne, de façon officielle. De façon officieuse, chacun pouvait pratiquer son culte sans restriction autre que de n'être pas vu. L'Islande a donc été l'un des pays ayant accepté cette nouvelle religion le plus rapidement, en un seul jour. Plus tard, l'influence danoise et norvegienne les a conduit (plus ou moins volontairement) vers la religion lutherienne



Eglise lutherienne de Husavik

Histoire: On ignore un peu tout de ce qui s'est passé en Islande avant 871 et l'arrivée d'Ingolfur Arnarson à Reykjavik ("la baie des fumées", nom dû au nombreux fumerolles et sources chaudes). Des moins irlandais auraient déja été là, mais aucune trace d'eux n'a jamais été retrouvée. Ces premiers colons étaient des norvegiens chassés du pays, ou recherchant de nouvelles terres. Rapidement( 930), ils mirent en place l'Althing, le parlement, à Thingvellir, soucieux de ne pas répeter les mêmes erreurs qu'en Norvège, où c'était un beau bazar. En 1000, ils acceptent le christianisme et jettent les idoles paiennes dans la cascade de Godafoss (la chute aux idoles). C'est à cette époque qu'un trouble fête appelé Erik le Rouge est banni. Pour se venger, il découvre le Pays Vert, le Groenland. Comme la famille devait être rancunière, son fils, lui découvre Vinland, le pays du vin, qui n'était autre que... la Californie, à peu près 400 ans avant Christophe Colomb. Vers 1262, c'est la pagaille et les islandais se mettent sous contrôle norvegien. L'Althing perd tout son pouvoir et au XIVe siècle, la Norvège et donc l'Islande deviennent des provinces danoises. Là, c'est la misère, les épidemie, les eruptions volcaniques (dont une aurait été indirectement un déclancheur de la Révolution Française, puisque les 8 mois d'erruption auraient recouvert l'Europe d'un voile de cendre qui aurait apporté plus de famines encore que d'habitude). Au XIXe siècle, la colère gronde au sein des masses. La souverainté de l'Islande est reconnue en 1918 (avec protectorat danois), et la République d'Islande est proclamée à Thingvellir en 1944. Cela explique que dans presque tout les jardins islandais, en plus d'elfes (et pas de nains!), on trouve un drapeau, fierté nationale après 9 siècles d'occupation

Geographie : L'Islande se situe entre 64° et 66° Nord(c'est d'ailleurs une marque de vetements islandais), donc, à deux pas du cercle arctique. Jusque là, ça va bien.



Manque de bol, l'Islande (c'est d'ailleurs pour ça qu'elle est là) est située pile sur la séparation entre la plaque américaine et la plaque européenne, qui s'écartent pas mal l'une de l'autre. Donc, niveau tectonique des plaques, c'est pas vraiment Alive! Et c'est même carrement volcanique. En conséquence de quoi une grande partie du pays est recouvert de lave ou de cendre. La dernière coulée date d'ailleurs 1984 (à Leirhnjukur), et elle continue de fumer... Pour les amateurs de métal, c'est dans ce coin qu'on trouve Dimmuborgir, les chateaux noirs de lave. Donc, au cours de l'histoire, régulièrement, le pays a été en feu à cause des volcans, qui sont partout maintenant (et pas tous vraiment bien endormi). On peut d'ailleurs aller au lac d'Oskjovatn, le plus profond du pays et qui est au fond d'un cratère. On plonge la tête sous l'eau et on entend le volcan rugir... Impressionant! Bref, l'une des conséquence, c'est que la végétation a énormément de mal à pousser (à part la mousse) et que chaque brin d'herbe qui pousse dans certains coins est un miracle en soit. Quant on y regarde de plus près, il n'y a d'ailleurs presque pas d'arbes en Islande (à part des forets constituées de 3 bouleaux anemiés et tordus). L'effet sympa, c'est qu'il y a énormément de géothermie! D'où hot pots en pleine nature, avec de l'eau à 38°C (voire beaucoup plus) qui fume au milieu du froid et de la pluie (ou de la neige, très sympa aussi), piscine chauffée, eau chaude à volontée... Même les bleds de 50 habitants ont leur piscine! Pendant que je suis sur les piscines, petite info à ceux que l'idée de se baigner dans ces eaux divinement chaudes allecherait. Là bas, les piscines sont natuelles, c'est à dire sans le moinde chlore. Donc, s'ils veulent que leur piscine reste propre, il faut être propre avant d'y rentrer. Donc, douche tout nu (j'en voit déja qui font la gueule), collective en général (encore mieux), avec quelqu'un qui surveille que vous vous récurrez bien les endroits stratégiques (là, c'est l'apothéose!). Les islandais ayant un autre sens de la pudeur, ça peut choquer. Je vous rassure, on s'habitue assez rapidement...
En plus des volcans, il y a aussi des glaciers (normal, il fait froid). Le plus grand, qui est aussi le plus grand d'Europe, s'appel le Vatnajokull (facile, en islandais, la terminaison -jokull désigne immanquablement les glaciers) et il fait la taille de la Corse. Des morceaux du glaciers se détachent régulièrement et finissent dans le lagon glaciaire de Jokulsarlon, l'un des lus beaux endroits d'Islande (et c'est vraiment pas peu dire...) donc du monde, où flotte d'inombrables iceberg dans une eau d'un bleu profond. Mais toute cette glace, quand ça fond un peu, ça fait des cascades. Des dizaines, des centaines de cascades à travers tout le pays (et c'est des VRAIES cascades, pas une petite chute d'eau de 3 mètres). Au palmarès, citons Detifoss, la plus puissante d'Europe (44 m de large pour 100 m de haut. On en prend plein les yeux et plein les oreilles), Selfoss (la plus large), Fagrifoss (la plus belle, comme son nom l'indique), Gullfoss (qui n'est pas une cascade de bière, la Gull étant une marque de bière locale. Non, c'est l'une des plus puissante. Seulement 32 m de haut mais 130 m cube/ seconde), Svartifoss (pour ses colonnes de basaltes en polygones) et Skogafoss (parce qu'on peut camper au pied!). Inutile de vous signaler que la terminaison -foss désigne une cascade. Et là, me direz vous, quand on a de la glace et du volcan, c'est bien, mais si on a les deux en même temps au même endroit? Ben, on est pas dans la mouise!! Ca s'appel un jokulhaup, et quand vous entendez ce mot là, courrez!! La dernière fois que c'est arrivé, c'était en 97. Un tremblement de terre a réveillé un volcan, qui a craché du magma, qui a fait fondre la glace au dessus de lui. A titre indicatif, la crue que ça a crée avait un débit de 20 fois celle du Rhône à son maximum... Autant vous dire que plus rien ne restait sur son trajet. Bon, coup de bol, ça arrive principalement sur le Vatnajokull, qui est assez près de la mer, mais quand même...

Bon, je vais faire une petite pause là, je reprendrais plus tard!
Vous devez vous inscrire pour utiliser l'édition en mode Wiki
25/09/2009, 11h15 #2
Althanil 
Demi-Dieu
Quasi-modo quasi normand

Althanil

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Merci pour cette fiche très intéressante ! Si je puis me permettre, on pourrait avoir des photos ? ^^

J'ai aussi bien ri quand j'ai lu ça :
Citation
- le kaviar, qui est une sorte d'oeufs de poisson en tube type mayonnaise. Et c'est un bonheur, pas comme l'espèce de tarama pourri qu'on trouve chez nous


En effet c'est pas vraiment comme le tarama, je pensais pas qu'ils mettaient ça dans des tubes ! xD A moins que ça soit différent de ce caviar ?
Spoiler
Althanil est déconnecté(e) Voir une photo de Althanil sur son profil
25/09/2009, 12h16 #3
Chat-alors 
Ombre

Chat-alors

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Ah oui, merci de ta remarque! En fait, je me suis mal exprimé... Ca n'est pas du caviar comme chez nous, mais une sorte de tarama en largement meilleur. Sinon, c'est clair, j'en ramènerais des caisses entières!

Pour les images, dès que j'aurais compris comment faire ça bien, j'en colle quelques unes...



Dernière modification par Chat-alors : 29/09/2009 à 20h57.
Chat-alors est déconnecté(e) Voir une photo de Chat-alors sur son profil
26/09/2009, 02h21 #4
krissw 
Chimère

krissw

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Ha l' Islande, une belle contemplation, un vrai coup de foudre photogénique de part ses splendeurs naturelles et phénomènes géoloqiques météorologiques.
Je ne suis pourtant pas adepte des climats froids et pluvieux mais par tant de contact avec cette nature en activité, l'émotion doît être à son comble pour les amoureux de la nature!
Les couleurs, les cascades, les jeysers, les glaciers, les cratères volcaniques, les aurores boréales, les solstices...le dépaysement total!
Le blue lagoon me fait rêver, se baigner dans une eau bleu turquoise et laiteuse et entourée d'un paysage magnifique...

Le seul point noir, en tout cas pour moi, la bouffe, ben oui tout ce qui est produits marins ne franchissent pas ma bouche et j'imagine que sur une île il est difficile d'y réchapper et puis s'il faut choisir en plus avec les abats de mouton ça risque d'être compliqué, mais bon...

Une destination qui m'est chère, j'ai hâte de la vivre et de contempler tout ça!!
Ha oui des photos seraient la bienvenue, histoire de fantasmer un peu plus!
krissw est déconnecté(e)
26/09/2009, 07h09 #5
Chat-alors 
Ombre

Chat-alors

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

C'est sûr que pour ceux qui aiment la Nature, c'est un régal!

Citation
Le blue lagoon me fait rêver, se baigner dans une eau bleu turquoise et laiteuse et entourée d'un paysage magnifique...


Par contre, pour le paysage magnifique du Blue Lagoon, il faudra hélas repasser, parce que c'est quand même, malgré le bien que ça fait, une très grosse usine à touristes! C'est tout simplement un hot pot artificiel alimenté par l'usine géothermique voisine, d'où une vue pas super top, quand même... Mais on est tellement bien dedans!!! Au choix, j'aurais une nette préférence pour les bains de Myvatn, dont le paysage est plus sympa. Et petit conseil, pendant qu'on aborde le sujet, aux demoiselles qu'une baignade dans le Blue Lagoon tenterait. Vous en ressortirez avec la peau douce pour une peau de bébé. Par contre, vous pourrez dire adieu à tout espoir de conserver de beaux cheveux: la silice les rend tout secs pour une petite semaine...



Blue Lagoon un soir d'apocalyse

Bon, ce que je vais faire, si ça en intéresse, c'est de faire un petit truc sur le tourisme, les coins à voir, les coins à éviter, comment y aller, où loger...




Dernière modification par Chat-alors : 29/09/2009 à 20h57.
Chat-alors est déconnecté(e) Voir une photo de Chat-alors sur son profil
29/09/2009, 13h34 #6
Chat-alors 
Ombre

Chat-alors

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Bon, abordons maintenant l'aspect plus touristique de l'Islande :

Partir : Pour aller en Islande, plusieurs solutions sont possibles :

La plus simple, à mon sens, est l’avion. Comptez trois heures de voyage sur Icelandair pour joindre Paris et Keflavik (comptez 350€ A/R). Une navette Flybus vous emmènera ensuite à Reykjavik (40 minutes, billet en plus de l’avion).
Petit tuyau, pensez à emporter des écouteurs. La flotte flambant neuf d’Icelandair est équipée d’écran personnel, mais la compagnie facture les écouteurs. Vous pouvez changer vos sous à l’aéroport, sans soucis.

N’hésitez pas à voir large, sauf si votre banque vous autorise les paiements à l’étranger. A noter qu’il est parfois possible de payer en euros. Si vous ne voulez pas partir de Paris, d’autres vols sont possibles, avec escale à Copenhague. Outre que ça vous prendra plus de temps, cette solution est également bien plus onéreuse. Certains vols peuvent arriver dans d’autres aéroports du pays. Renseignez vous bien…

Sinon, vous avez le bateau depuis Copenhague. Pas le plus simple ni le plus pratique ! Mais cette solution offre l’avantage de pouvoir venir avec votre propre véhicule. A vous de voir !

Vous n’aurez besoin d’aucun vaccin spécial. Par contre, n’oubliez pas les répulsifs à moustiques et que quoi stopper les démangeaisons, particulièrement si vous campez près du lac de Myvatn (si je vous dit que Myvatn signifie moucheron, vous comprenez ?). Les formalités administratives sont réduite au strict minimum, l’identité des passagers n’étant jamais contrôlée, quelque soit le sens. Dans le doute, votre carte d’identité suffit.

Certains accessoires vous seront nécessaires (je n’irais pas jusqu’à vital, mais…), c’est pour cela que je vous conseille de ne pas oublier :

- de quoi vous couvrir chaudement. Faites l’oignon et n’hésitez pas à prendre plusieurs polaires.
- un coupe vent gore tex ou assimilé, et un pantalon dans la même matière.
- les gants et le bonnet qui couvre bien les oreilles seront pour vous des alliés précieux.
- de bonnes chaussures de marche (des vraies, pas des trucs qui sont bousillés au bout de 5 km).
- des bâtons de marche, surtout si vous avez un sac à dos de 15 kilos sur le dos.
- un maillot de bain et serviette micro fibre qui sèche vite.
- une lampe frontale, surtout si vous partez un peu hors saison.
- un masque de sommeil et des boules Quiès
- des lunettes de soleil, parce que quand le soleil brille, il fait vraiment du mal.
- un maillet, si vous campez. Ca a l’air con, mais je reste perplexe sur le nombre de gens qui oublient cet accessoire.
- des sacs de congélation hermétiques, au cas où l’eau rentre dans le sac
- des sandales qui tiennent bien, si vous avez à traverser des guets.
- un appareil photo (parce que ça serait dommage de pas ramener de souvenirs)


Logement : Vous avez l’embarras du choix (quoique…).

- Les plus courageux (et/ou les moins fortunés) choisiront le camping. Il y en au moins un dans chaque ville. Comptez à peu près de 850 à 1000 ISK (4,7€ à 5,5€) pour une nuit et par personne. A noter que le confort est assez variable, et les douches soit inexistantes (Akureyri) soit payantes pour avoir de l’eau chaude (de 1,1€ à 2,2€ pour 5 minutes. Prévoyez des pièces de 50 et 100 ISK). Dans quelques camping, elles sont gratuites et à volonté (Reykjavik, Vik, Myvatn). Attention, l’eau est généralement issue de géothermie, ce qui fait qu’elle sent un peu l’œuf, qu’elle peut être extrêmement chaude (jusqu’à 75°C) et qu’elle peut avoir des effets nocifs sur les bijoux en argent. Petit conseil, dans les camping à douches absentes ou payantes, n’hésitez pas à aller voir à la piscine du coin, c’est généralement très bon marché et vous pourrez en profiter autant que vous voudrez..
Sinon, vous trouverez dans presque toutes des coins cuisine, où les gens qui quittent le pays laisse du matériel (recharge de gaz, denrées alimentaires..).





Parfois, vous pourrez faire tourner une machine et faire sécher le linge (5,5€ pour les deux à Hofn). De même, vous pourrez recharger les batteries de téléphone ou d’appareil photo à l’accueil (généralement 0,56€, plutôt 2,8€ dans les refuges).
Si vous avez des oursins dans les poches, vous pourrez les recharger dans les sanitaires où les batteries ne risquent (généralement, mais attention quand même) rien. Dans certains cas, le camping est géré par un hôtel ou un particulier, qui n’est pas forcément là quand vous arrivez. Ils font donc généralement le tour des tentes en soirée pour récolter l’argent. Cela signifie qu’avec un peu de pot (ou de fourberie, si vous arrivez de nuit et repartez au petit jour), vous pourrez avoir le camping gratuit.

Dernier point, les campings se résument généralement à des grands terrains sans espaces délimités.
Chacun plante donc sa tente où il le souhaite, ce qui signifie qu’à de très rares exceptions près, vous n’aurez pas de difficultés à vous installer (même si vous êtes parfois un peu proche de la tente voisine). En pleine saison (Juillet), réserver à Akureyri et à Vik ne peut pas faire de mal… De plus en plus de camping proposent, en outre, des petits bungalow.
Enfin, et sans vouloir vous forcer à claquer tout vos sous, je vous conseille (après, c’est vous qui voyez, mais faudra pas se plaindre) de prendre une bonne tente adaptée à la pluie et à de fortes bourrasques.
Je n’ai absolument rien contre les tentes 2 secondes Quechua mais bon, leur résistance me laisse dubitatif. De même un bon sac de couchage (température de confort à –5°C au moins, pour l’été) est plus que conseillé, ainsi qu’un tapis de sol isolant. Millet et North Face font de bons trucs, entre autre.



Autre petit conseil qui vous fera peut être passer pour un Deschiens aux yeux des autres campeurs mais rira bien qui rira le dernier, je conseille très fortement, si jamais votre tente a un auvent et que vous mettez vos sacs à dos dessous, de leur emballer préalablement dans un sac poubelle. L’humidité, c’est traitre… Ce conseil est également d’actualité (et même plus utile encore) lorsque vous prenez le bus.

- les hôtels Edda sont des établissements scolaires qui reçoivent du monde l’été. Certains proposent du sleeping bag accomodation, sinon, c’est le dortoir ! Comptez à peu près comme une AJ

- l’auberge de jeunesse : Bon, je ne vais pas vous faire l’affront de vous expliquer ce que c’est qu’une AJ. Il faut compter à peut près 12€ pour une personne membre (la carte internationale ne coûte vraiment pas cher et vous ouvre le droit à des tarifs avantageux dans toutes les AJ du monde), 15€ pour un non membre. Vous y trouverez des dortoirs, des chambres seules, double, triple… Le prix change selon le degré de confort, bien entendu. Ces AJ sont en général bien équipées en douches, cuisine et machines à laver. Attention à biens se renseigner, certaines sont carrément excentrées (Akureyri) donc difficilement accessibles aux piétons. La réservation est conseillée.

- la guest house : Formule assez sympa qui vous assure de dormir au sec, ce qui est parfois assez réconfortant et permet de faire sécher ses vêtements. Là, les prix sont très variables. Pour quelque chose de moyen, comptez 20€ en sleeping bag accomodation et 28€ pour un lit.. Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec le sleeping bag accomodation, c’est simplement que vous dormez dans votre sac de couchage au lieu de dormir dans un lit. Le confort de ces guest house est généralement assez bon, même s’il ne faut pas compter sur des toilettes ou des douches privées. Le petit déjeuner est parfois inclut. Sans faire de généralités, les gens qui tiennent ça sont souvent aux petits soins avec vous, et toujours prêt à vous aider. La réservation est (quasi) obligatoire en période estivale.

- les hôtels, pour les plus riches d’entre vous. Il faut compter au minimum 80€ pour une chambre double, souvent pas loin de 110€ la nuit. Le confort est très honnête, et à ce prix, vous aurez votre propre douche. Au pire, certains font du sleeping bag accomodation, ce qui les place au prix des guest house en lit. Pour toutes ces raisons, je déconseille, mais vous faites bien comme vous voudrez.

Moyens de transport : Là, pareil, vous avez le choix des armes :

- Le bus : Sachez tout d’abord qu’en Islande, il y a une route qui fait le tour de l’île, la route 1. Elle a l’avantage d’être goudronnée sur toute sa distance. Un bon plan est de prendre un abonnement Full Circle, qui vous permet de faire le tour, sans contrainte de temps. Cependant, vous ne pouvez pas faire demi-tour et devez respecter le sens dans lequel vous êtes parti. A noter que cet abonnement, disponible au BSI (la gare routière) de Reykjavik, fonctionne du 1er Juin au 1er Septembre. Je conseille en général et selon votre plan de vol, le pass Highlights, dont vous pouvez choisir la durée, de 7 à 15 jours (180 à 320€). Je ne vous cache pas que, de prime abord, il est plus cher que le Full Circle (175€). Néanmoins, si vous bouger pas mal, vous vous rendrez compte que le Highlights passe par pas mal d’endroits intéressants, tandis que le Full Circle trace tout droit. Et quand on regarde le prix des bus excursion, ça peut vite être avantageux de payer un peu plus à la base pour être tranquille. Attention également aux prix qui sont affichés dans les brochures des bus excursion : le prix est pour un aller simple… Petit conseil pour ceux qui choisissent ce mode de transport : n’oubliez pas votre réveil, il n’y a que deux bus (en général) qui passent dans la journée : un le matin, l’autre en après midi.

De plus, pensez à vous renseigner sur d’éventuels gués à traverser en cours de route : l’eau pour vite atteindre les soutes (et vue la hauteur des bus, c’est pas un mince exploit) et tremper vos bagages. Pensez sacs poubelle ! Enfin, ne vous formalisez pas de la façon de conduire des locaux : souvent au portable, ils roulent parfois (souvent) comme des fous sur certaines routes défoncées. Que ceux qui ont peur en voiture soient prévenu, c’est parfois très impressionnant !

Dernière infos: il y a trois compagnies de bus (Reykjavik Excursions, SBA et Trex) qui assurent les trajets. Renseignez vous toujours auprès des trois, qui ne font pas forcément les même itineraires dans les mêmes temps. N'hésitez pas à jouer aux demeurés en posant une cinquantaine de questions pour être sûr que le bus que vous choisissez est bien celui qui correspond le mieux à vos besoins. C'est une vrai pagaille, parfois, et ce même quand on a l'habitude. Certaines portions sont desservies que par une compagnie alors que d'autres sont desservies par les trois. Renseignez vous toujours bien et ne lâchez jamais vos fiches d'horaires, elles sont vos meilleures amies



- La voiture : Là, deux possibilités. Soit vous louez une voiture standard chez Avis (faite le depuis la France, c’est moins cher qu’en Islande), soit vous louez un 4x4. La voiture standard va vous permettre de circuler sur la route 1 et les routes secondaires, offrant un peu de flexibilité dans vos déplacements, par rapport au bus. C’est plus cher, en revanche, et il faudra vous familiariser avec un certain nombre de règles de la conduite islandaise, les moutons étant en général clairement suicidaire (le klaxon est souvent l’arme favorite de l’islandais). Par contre, ne tentez pas de partir sur les routes caillouteuse (en fait, n’y pensez même pas !). Si vous voulez vous lancer dans les gravel road, prenez un 4x4. C’est cher, ça consomme, mais au moins, vous êtes assurés d’être paré en toutes circonstances. Ca n’est d’ailleurs pas un hasard si beaucoup d’islandais ont des véhicules s’apparentant plus aux Monster Trucks qu’à la berline.
Néanmoins, soyez prudent, particulièrement pour la traversée de guet. Il n’y a pas de honte à ne pas savoir, et dans le doute, attendez qu’un local passe. Eux savent par où passer ! Sans rire, cet été, on a traversé un guet où l’eau arrivait jusqu’au pare brise (alors qu’à cet endroit, on en a jusqu’à mi-cuisse, en temps normal).
La solution 4x4 est conseillée pour les gens partant en petit groupe, ça permet d’amortir les frais et de se faire bien plaisir ! Par contre, évitez de faire des folies : les bas de caisse ne sont jamais couverts par le contrat de location (pas fous !). Et ça revient très vite cher !



- Le stop : Sans rire, non ! Sauf si vous êtes fauchés comme les blés et que vous ne craignez pas l’adversité, je ne recommande pas cette solution. Autant la route 1 reste globalement pratiquée, autant certaines portions ne voient pas une voiture pendant des heures (voire des jours). A ne faire qu’en cas de coup dur, ou de façon épisodique. A noter, cependant, que le stop a une probabilité de réussite largement supérieure à cette même pratique en France.

- Le Vélo: un entrainement sans failles et un matériel irréprochable. Emmenez de préférence votre propre vélo là bas, ça évite de mauvaises surprises…

Dernière modification par Chat-alors : 01/10/2009 à 23h00. Motif: police/orth/mise en page
Chat-alors est déconnecté(e) Voir une photo de Chat-alors sur son profil
29/09/2009, 13h34 #7
yué chan 
Licorne

yué chan

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Citation


Bon, ce que je vais faire, si ça en interesse, c'est de faire un petit truc sur le tourisme, les coins à voir, les coins à éviter, comment y aller, où loger...


Oui ça serait sympa

Je crois que l'Islande aimerait intégrer l'UE mais vu qu'elle est en faillite (à moins que sa situation ait changé ) car son économie reposait essentiellement sur le bancaire.

En tout cas les paysages sont magnifiques mais l'hiver ça doit être mortel.
yué chan est déconnecté(e)
29/09/2009, 13h39 #8
Chat-alors 
Ombre

Chat-alors

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Citation
Je crois que l'Islande aimerait intégrer l'UE mais vu qu'elle est en faillite (à moins que sa situation ait changé ) car son économie reposait essentiellement sur le bancaire.


Oui, l'Islande est l'un des sérieux prétendant à l'entrée dans l'UE. Techniquement, cependant, elle a déja accepté et mit en place bon nombre d'accords (de façon parfois plus poussée que certains membre de l'UE, d'ailleurs!). Malgré cela, il reste la crise bancaire, le fait qu'elle chasse encore la baleine (à des fins scientifiques... Bien sûr!!) et une légère petite crise avec la Grande Bretagne au niveau des zones de pêche (mais ça...)

Citation
En tout cas les paysages sont magnifiques mais l'hiver ça doit être mortel.


Je te confirme que ça peut être un peu frais, mais bizarrement, moins que dans certains pays. Ainsi, il fait meilleur en hiver à Reykjavik qu'à New York... Après, si tu vas dans le centre, tu le sens bien, le froid! Mais bon, voir les cascades gelées, c'est sympa aussi... Il n'empêche que ça n'est clairement pas la saison idéale pour le tourisme.

Dernière modification par Miss Teigne : 01/10/2009 à 08h59.
Chat-alors est déconnecté(e) Voir une photo de Chat-alors sur son profil
29/09/2009, 17h00 #9
Chat-alors 
Ombre

Chat-alors

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Comme ma générosité ne connaît plus de bornes, je m’en vais vous faire un petit guide de voyage spécialement pour vous, en détaillant un tour « standard » pour la majorité des voyageurs, c’est à dire transport en bus et logement en camping. Je rajouterai de toute manière quelques infos pour les personnes véhiculées. Je me base sur un périple de base de 3 semaines en indiquant, pareil, les possibilité de raccourcir le séjour à 2 semaines, puis 10 jours. Moins, ça me semble un peu dommage puisque vous n’auriez pas trop le temps de visiter, mais bon… Les horaires et les prix sont donnés à titre purement indicatifs. Si d’aventure vous prévoyez de faire le voyage prochainement, n’hésitez pas à me MP, je vous ferais un plan de vol plus détaillé (mais débrouillez vous pour les réservations, je ne peux pas tout faire… ou alors, faut me payer ! Na !)

Jour 1 :





Vous partez de Roissy CDG à 14h, arrivée à Keflavik à 15h (3 heures de vol et 2 heures de décalage horaire) avec Icelandair (350€ A/R). Une fois là bas, vous pouvez changer votre argent (ça se fait assez rapidement) et prendre un billet de Flybus qui vous emmenera à Reykjavik (le camping de Keflavik n’a absolument aucun interet) pour 1100 Isk (6,1 €). En montant, indiquez bien où est ce que vous voulez être déposé (en général, au terminal de bus BSI). Le trajet dure 40 minutes. Arrivé là bas, deux solutions : soit vous prenez votre courage à deux mains et votre sac sur l’épaule pour aller au camping à pied (attention, il est à deux kilomètres, donc 40mn de marche, mais vous pourrez avoir une bonne vue de la ville), soit vous prenez un billet de bus (200 Isk, 1,1€. Attention, faites l’appoint !). Vous pouvez en outre en profiter pour prendre un Higtlights Pass à dater du lendemain (pas moins de 58 000 Isk, soit 322, 2€). Faites attention à ne pas prendre le billet au comptoir Trex mais à celui de Reykjavik Excursions (c'est un vrai bazard!!). Le camping de Reyjkavik (1000 Isk la nuit par personne, 5,5€) est plutôt pas mal, l’accueil y est cordial, et vous aurez les douches gratuites à volonté. Profitez-en ! Selon la période (et votre chance), vous pourrez trouver des bouteilles de gaz gratuitement laissées à disposition par les touristes rentrant chez eux. Leur contenance est très aléatoire. Si vous ne trouvez rien, ou que vous ne voulez pas prendre de risques, vous pouvez en acheter une neuve à l’accueil (500 Isk, 2,8€). Si vous n’avez pas prit de provisions, vous pourrez aller au 10-11 à côté du camping. C’est une chaine de magasins qui ouvre… de 10h à 23h. La piscine Laugardalslaug est juste à côté du camp, et ouvre jusqu’à 22h30 (280 Isk, 1,5€).


Jour 2 :



Aujourd’hui, on part faire un trek ! Je pars ici du postulat que vous ferez le trek en quatre jours, plus un jour pour « visiter », sachant que vous pouvez faire le tout en 3 jours minimum (à moins d’être vraiment très entrainé, auquel cas vous réduirez à deux, mais là… !!). Donc, à vous d’adapter votre emploi du temps.


Départ du BSI assez tôt, à 8h30. Selon votre habitude du camping et votre rapidité à vous réveiller, comptez bien un lever à 5h30-6h00 pour les marcheurs (une tente, ça se plie pas forcément en 2 minutes). Le bus met 3h45 pour arriver à sa destination, avec une (très) courte halte à Hekla, le principal volcan d’Islande. Les paysages lunaires que vous aviez pû entrevoir en allant de Keflavik à Reykjavik ne sont rien par rapport au paysage qui défile sous vos yeux… Désert de cendres, massifs de rhyolites aux couleurs étranges, mousse verte fluo poussant sur des roches volcaniques… Le camping de Landmanalaugar est très fréquenté. Rassurez-vous, tous ne font pas le trek. Plantez votre tente de préférence près de la petite rigole non loin des sanitaires : en cas de pluie, le terrain se transforme en véritable piscine, et vous serez ainsi à l’abri. Le camping, comme beaucoup des refuges que vous allez croiser, est peu équipé : douches payantes à 400 Isk, sanitaires correctes, quelques petites tables pour manger à l’exterieur. Comptez 1000 Isk (5,5€) pour une nuit, auxquelles vous rajouterez sans doute 1200 Isk (6,7€) pour la carte du trek et 250 Isk (1,4€) pour la carte des promenades à faire à Landmanalaugar. Profitez du beau temps pour visiter le coin, et à votre retour, plongez dans le hot pot du camping, délicieusement chaud (surtout vers la petite cascade), avec des moutons qui vous observent. Le bain est relativement peu fréquenté en soirée et à l’aube, sinon, il y a une possibilité pour que ce soit la grande affluence. Ne vous couchez pas trop tard, demain, vous aurez du pain sur la planche !

La journée à Landmanalaugar est facultative, certain attaquent le trek dès la descente de bus. Renseignez vous auprès de la warden, elle pourra vous donner quelques info sur la météo du jour. La météo du jour suivant est généralement donnée le soir vers 20h, dans les refuges. A noter que pour les pressés, un bus va de Landmanalaugar au lac Myvatn (voir jour 11)

Jour 3 à 7 :



Le grand jour est arrivé, vous allez faire le trek du Laugavegur. Si vous voulez être un peu tranquilles, partez vers 5 ou 6h, il y a de fortes probabilité pour que vous ne croisiez personne. Si une présence humaine vous rassurerait, attendez plutôt 9h ou 10h. Comptez de 5 à 6h de marche pour un randonneur moyen, sachant que sauf si la pluie ou la brume vous court après, il n’y a aucune raison de se presser… Les paysages sont magnifiques, sachez en profiter !


Soyons clair : le trek du Laugavegur est l’un des plus beaux trek du monde, à mon sens (ok, je les ai pas tous fait, mais j’en suis intimement persuadé). Mais c’est pas à la portée de tous. Je ne veux absolument pas paraître élitisme, pédant ou que sais-je encore, j’énonce juste une vérité que les guides de voyage ne mettent pas assez en avant (voire pas du tout). C’est un trek de 55 kilomètres, ce qui est court en voiture mais plus long quand on marche. Pour une personne en très bonne condition physique et ayant réellement l’habitude de randonner (non, aller chercher le pain le matin ou faire les boutiques n’est pas de la rando), cela ne présente pas, en temps normal, une très grosse difficulté, mais pour des novices…Ce trek se fait en quasi autonomie, c’est à dire qu’à moins de voyager via un tour operator, vous ne trouverez pas de place en refuge (ils réservent toutes les places près d’un an à l’avance) et vous serez contraint de promener avec vous toutes vos affaires et votre nourriture. Ne comptez par conséquent pas avoir un sac pesant moins de 15 kilos. Tablez plutôt sur 17kg par personne (voire plus si votre matériel n’est pas allégé). D’expérience, je peux vous assurer que mon sac ne contient jamais 100g de truc inutile. Par conséquent, ne sacrifiez pas votre sécurité pour gagner 2 kg. Vous allez devoir porter lourd, pendant 4 jours (3 pour ceux qui sont très motivés ou poursuivit par le sale temps, voire deux pour les fous !), sur un terrain difficile. Entrainez vous à la maison mais par pitié, ne venez pas tenter le diable en arrivant sans une solide condition physique et un moral à toutes épreuves ! Je ne plaisante pas, ça peut être réellement dangereux. Par beau temps, vous en baveriez, car au bout d’un moment, le sac est douloureusement pesant sur les épaules et les jambes sont fatiguées. Pour peu que le temps se gâte, et dieu sait qu’il peut vite tourner au vinaigre, ce trek peut devenir votre enfer : brume qui vous fait perdre le chemin, vent qui vous jette au sol (à la réflexion, ça peut arriver même quand il fait beau) en dépit de votre sac, pluie glaciale qui vous trempe jusqu’aux os, froid qui vous gèle les mains et les pieds… On est en Islande, pas chez mémé donc, faites gaffe et renseigner vous toujours auprès des warden (heu, comme dire… gardien de refuge ?) sur le temps qu’il fait. De préférence, partez très tôt le matin, le temps est meilleur et vous avez plus de temps pour vous arrêter en attendant que ça se calme… Pour la nourriture, faite comme vous le voulez, mais je conseille en général de prendre des aliments lyophilisés. Outre que cela ne prend pas beaucoup de place et pèse peu, ils sont souvent très nutritifs et plutôt bons. Vous trouverez du muesli, compotes, pâtes bolognaises, couscous, tartiflette… soit de quoi vous faire des repas assez copieux. En France, vous trouverez ça chez le Vieux Campeur, à 3€ le sachet individuel. Après, rien ne vous empêche de prendre des conserves mais il ne faudra pas vous plaindre du poids ! Un bon aide mémoire pour tout ce que je viens de vous dire se trouve non loin du premier refuge…




Ces propos alarmistes terminés, concentrons nous sur ce magnifique trek. Il part de Landmanalaugar pour arriver à Thorsmork. Vous pouvez le faire de Thorsmork vers Landmanalaugar, et bénéficier du hot pot à votre arrivée, mais l’itinéraire Nord Sud est plus simple. Les plus motivés pousseront jusqu’à Skogar, mais là, on passe au cran du dessus. Petit conseil pour les voyageurs, commencez le trek dès le début de votre séjour. Ainsi, vous êtes en pleine forme, quitte à être un peu moins « punchy » sur la fin de votre voyage. L’inverse (terminer par le trek) n’est pas judicieux car soit vous ne faites rien de peur de vous fatiguer pour le Grand Jour, soit vous arrivez un peu mort, et ça se termine par des cris de frustration et des « j’en ai maaaaaarre !! » (vu et revu un nombre incalculable de fois)


Ce trek se divise généralement en 4 étapes :

- Landmannalaugar à Hrafntinnusker (12 km), qui monte pas mal, puisqu’on arrive au point culminant du trek dès le premier jour. La neige peut être plus ou moins présente, selon la période à laquelle vous vous lancer. On considère cette journée comme la plus difficile. Le refuge est assez sommaire. Pas de douche ni de coin cuisine, mais des tables en extérieur et des toilettes genre cabane au fond du jardin… Si le temps est vraiment pourri et qu’il est assez tôt, la warden peut vous autoriser à vous abriter dans le refuge. Plantez votre tente dans les petits arcs de cercle de pierres prévus à cet effet mais faite attention : l’obsidienne, c’est lourd et extrêmement coupant, donc, ça fait très mauvais ménage avec une toile de tente. Une promenade vers les ice cave part du refuge (comptez 2 heures A/R). Outre le fait que ces grottes de glace ne sont pas forcément évidentes à trouver, parfois, il est assez dangereux (du moins, imprudent) d’y entrer seul. La glace peut en effet se détacher et vous assommer (ou pire). Mais c’est très sympa à voir, cependant…








- Hrafntinnusker à Alftavatn (12 km), qui n’est pas évidente non plus, car composée, au début du moins, d’une alternance de petites montées et descentes qui coupe les jambes. Après un passage dans des fumeroles, vous arriverez devant un panorama de folie. Une longue descente vous attend, avec au pied le premier gués, généralement assez gentil.

Petits conseils pour traverser ce genre de difficultés :
- Prenez le temps d’observer le mouvement et la couleur de l’eau, qui est un bon indicateur de la profondeur
- Dans le doute, utiliser votre bâton pour sonder le fond.
- Détacher toujours la ceinture ventrale du sac. Mieux vaut que ce soit lui plutôt que vous qui tombiez à l’eau
- Je sais que ça n’est pas évident quand l’eau est à 3°, mais prenez votre temps, ne courrez pas, vous risqueriez de vous faire mal ou de tomber (ou les deux), les pierres volcaniques étant en général très coupantes.
- Prévoyez une petite serviette à porté de main pour vous sécher dès que vous sortez de l’eau
- Dans l’idéal, ne traversez pas un gués seul (au cas où ça tournerait mal)

Il ne vous reste plus qu’une heure de marche sur du plat pour rejoindre le refuge. Par rapport à celui de Hrafntinnusker, celui d’Alftavatn est un refuge quatre étoiles : douches chaudes, toilettes qui ferment, lavabos à l’abri, possibilité de faire recharger les batteries… Vous pourrez planter votre tente au bord de la petite rivière (un peu moins exposé au vent), ou du lac, au choix. Le warden pourra vous indiquer quelques promenades sympa autour du lac.







Vue sur la vallée et le lac d'Alftavatn. Le refue est tout au fond...

- Alftavatn à Emstrur (15 km) qui, malgré sa longueur, ne présente aucune difficultés majeure. Vous aurez à traverser un gués au bout d’une demi heure de marche, et le second se présente une demi-heure après avoir attaqué le désert de cendre. Attention, celui là est profond (voire très très profond. Sur la route, vous passerez devant un autre refuge. N’hésitez pas à demander à la warden !!). Le plus souvent, il va falloir tomber le bas, dans la mesure où vous en aurez facilement à mi-cuisse (voire un peu plus haut pour les filles… Priez pour qu’il n’ai pas plus avant !! Cet été, un ranger faisait traverser le gués en 4x4, et l’eau arrivait au pare brise…) Cette étape peut être doublée avec la précédente ou la suivante. Le refuge d’Emstrur est assez basic, mais bien abrité du vent.



- Emstrur à Thorsmork (15 km) ne présente pas de grande difficultés, sauf quelques ascension un peu raide et un passage sur un pont assez technique, particulièrement quand on a un sac de 15 kg sur le dos et rien pour vous empêcher de faire le grand plongeon dans une rivière en furie. Un dernier gués vous attend. Il est assez large (en fait, c’est plusieurs gués à la suite) mais peu profond. Une fois traversé, vous arriverez au bois de Thor, reconnaissable à ses arbres (déjà) tordus. Il ne vous reste plus qu’une heure de marche… Prenez la direction du camping Húsadalur.





Markatflojogur, le Grand Canyon Vert



Le bois de Thor, Thorsmork

- Thorsmork à Skogar (22 km) qu’on peut couper en s’arrêtant à Fimmvorduhals. Cette étape est largement plus difficile que les autres, en raison de sa dénivellation conséquente et ses ascensions assez ardues.

Si vous n’avez pas trop trainé, et que vous vous êtes levé avant 8h, vous devrirez arriver à Thorsmork pour 16h, afin de prendre le bus 9a qui vous ramènera à Reykjavik pour 19h20. Rentrez au camping, affalez vous sous la tente et profitez éventuellement de la piscine. Si vous vous sentez vraiment crevés, n’hésitez pas à prendre un chambre chez Snorra Guesthouse, celle qui est la plus proche du BSI (y’a un barbu style Père Noël sur la façade). Outre un accueil digne d’un roi (ou d’une reine), vous pourrez avoir des douches chaudes gratuites et à volonté, une chambre très douillette, une cuisine gigantesque et le petit déjeuner offert. Comptez 5000 Isk (27,8€) pour ce confort, mais ça les vaut très largement ! Pensez néanmoins à réserver

Dernière modification par Chat-alors : 11/10/2009 à 14h53.
Chat-alors est déconnecté(e) Voir une photo de Chat-alors sur son profil
30/09/2009, 22h46 #10
Mika 
Walkyrie

Mika

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

waaaaaaaaaaawou!!! alors là!!! je me suis interessée à un nombre incalculable de pays, mais je dois avouer que je n'ai jamais jamais JAMAIS bouquiné sur l'islande!!!!
que dire!!!? c'est un pays époustouflant!!!!!

les températures je les trouve parfaite, variant de -10 à 20° c'est excellent, j'adore les pays froids (paradoxal quand on sait que je suis argentine hahaha....l'argentine, le plus beau pays del mundo )

j'adorerais apprendre l'islandais ça à l'air marrant (mais aussi difficile non?) *cherche simultanément sur google de quoi écouter de l'islandais*
sinon les piscines naturelles, ça doit être morteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeel!!!!! et je pense que pour ça on peut bien sacrifier sa pudeur!!! ouiiii tous en tenue d'adan et eve youhooou XD

le trek de laugavegur me tenterait bien (allez hop je l'ajoute à ma liste des choses à faire au moins une fois dans ma vie)
sinon les photos sont sublimissimes, j'imagine même pas en vrai se doit être à couper lsouffle!!

en tout cas un graaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa nnnnnnd merci, tes fiches sont très riches et agréables à lire, et puis on arrive facilement à imaginer ce que ça pourrait donner en vrai, c'est sympa (et puis vu comme c'est complet,j'imagine le travail!!mais en même temps t'as l'air de vraiment bien connaitre l'islande et pas seulement parce que ça fait partie de ton travail. j'sais pas, il en rsort l'impression que tu aime vraiment beaucoup ce pays ^^)

encore merci du voyage (je m'en vais avec l'irrésistible envie de plonger ma tête la bouche grande ouverte dans le snurdur!!!!! XD)
Mika est déconnecté(e)
30/09/2009, 23h15 #11
Chat-alors 
Ombre

Chat-alors

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Merci infiniment de tes compliments qui, comme à chaque fois, me donne l'envie d'en donner toujours plus...

Pour l'islandais, soyons franc, sauf si tu comptes t'installer là bas, c'est inutile. C'est vraiment pas évident, et encore, je suis sympa, je vous écris le nom des villes en européen (par ce qu'en fait, Thorsmork se nomme en réalité Þórsmörk). Comme je le disais, parler anglais suffit... Pour info, à l'oreille, l'islandais, ça ressemble à de l'allemand mâtiné d'espagnol (c'est assez étrange, mais pas désagréable à l'oreille).

Niveau pudeur, franchement, on s'habitue très vite. Ca n'est pas la mort, tout le monde s'en fout royalement et je trouve personnellement que c'est un bon moyen de relativiser certaines choses: le PDG et l'ouvrier sont nus sous la douche, et plus rien ne peut plus les distinguer à ce moment là... Les islandais ont donc un rapport à l'autre assez direct, quelque soit sa condition. Dans l'annuaire, tu peux même trouver les numéros de téléphone des ministres... Pour en revenir à la pudeur, tu pourras trouver des sex-shop dans les rues, accessible comme n'importe quelle boutique. Pour les plus dépravés, on peut voir à Selfoss un immense supermarché du sexe d'une marque bien connue au bord de la route, avec des voitures garées devant, des gens qui sortent avec leur petit sac, comme chez Auchan...

Je te confirme, les photos ne rendent pas justice à la beauté des paysages, qui est à couper le souffle, et toujours changeant. Tu peux passer cent fois à un endroit, tu n'auras jamais le même paysage, la lumière changeant de façon permanente. D'ailleurs, un conseil, quand tu veux prendre quelque chose en photo, n'attend pas: qui sait si dans 5 minutes, il ne pleuvera pas. Mais certains paysages s'apprécient (à mon gout) mieux lorsque le ciel est un peu chargé....

Tu as raison, ce pays me plait et me manque, j'en suis tombé amoureux et il est toujours dans mon esprit. Quand tu as goûté à ses paysages dantesques, que tu as vu ce que la Nature a de plus sauvage, quand tu t'es impregné de cette culture très riche, quand tu t'es retrouvée seul, totalement seul, sans que le moindre bruit vienne te troubler, au milieu d'un désert de lave, quand tu as vu les glaciers plonger dans la mer, tu ne peux plus t'en passer... L'Islande, c'est un vrai investissement: tu y vas une fois, tu y retourneras forcément...

Je vais completer mon topic avec ce qu'il faut faire et voir en Islande, ville par ville. Si je peux partager mon amour pour ce pays et vous donner envie d'y aller, je tapoterais sans compter sur mon clavier...

N'empêche que le snurdur, c'est vraiment trop bon et que le chocolat islandais (honte à moi, j'en ai pas parlé, faut que je corrige ça...) vaut le chocolat suisse!!! Et c'est malin, parce que j'ai faim, moi, maintenant!!

Vocabulaire de base: Voici quelques mots pour vous familiariser avec la langue. Mais si vous prévoyez de voyager là bas, n'apprenez que quelques mots histoire de faire plaisir, et travaillez surtout votre anglais.
- oui = jai
- non = nei
- bonjour = godan daginn
- au revoir = bless
- merci = takk
- excusez-moi = afsakid
- ouvert = opid
- fermé = lokad
- entrée = inn
- sortie = ut
- lundi = manudagur
- mardi = thridjudagur
- mercredi = midvikudagur
- jeudi = fimmtudagur
- vendred = föstudagur
- samedi = laugardagur
- dimanche = sunnudagur
- santé! = skal!
- parlez-vous anglais? = Talar Þu ensku?

Dernière modification par Chat-alors : 30/09/2009 à 23h36.
Chat-alors est déconnecté(e) Voir une photo de Chat-alors sur son profil
01/10/2009, 05h44 #12
Flemme 
Dieu supérieur / Déesse supérieure

Flemme

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

L'Islande, ça fait partie des rares pays où je me suis juré de mettre les pieds un jour. Principalement pour deux raisons :

- Gullfoss, j'en avais vu des images à la télé, depuis, c'est un endroit que je veux vraiment voir.

- La faune, l'Islande, c'est un peu l'endroit rêvé pour observer un grand nombres d'espèces d'oiseaux. Sans parler de la grande variété d'animaux marins qui se baladent dans les eaux côtières.

Un jour peut-être.

Dernière modification par Flemme : 01/10/2009 à 05h53.
Flemme est déconnecté(e)
01/10/2009, 07h47 #13
Chat-alors 
Ombre

Chat-alors

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Jour 8 :





Départ du BSI assez tôt, à 8h30. Selon votre habitude du camping et votre rapidité à vous réveiller, comptez bien un lever à 5h30-6h00 pour les marcheurs (une tente, ça se plie pas forcément en 2 minutes). Prenez donc le bus 6a de Reykjavik Excursions, qui va vous conduire sur ce que l’on surnomme le Golden Ring : Þingvellir, Geysir et Gullfoss. Pour info, grâce au Highlights Pass, vous venez d’économiser 9800 Isk ( 54,4€. Ne prenez surtout pas les bus Excursion, sauf si vous n’avez pas le choix)… Vous voilà parti pour une longue journée de bus. Le 6a s’arrête 45 minutes à Þingvellir, siège de l’Althing, l’ancien parlement viking.. Ca suffit pour voir se qu’il y a à voir. Le repart et s’arrête peu après à Geysir pour que vous puissiez admirer la plaine géothermique. Soyons honnète, Geysir est un peu à l’Islande ce que la Tour Eiffel est à Paris : un site incoutournable, mais pas forcément le plus passionant. Parce quà Geysir, il y a le Strokkur, un geyser très puissant qui jaillit toutes les 5-6 minutes (et parfois 2-3 fois à la suite). C’est assez impressionant, mais c’est à peu près tout ce qu’il y a à voir ici. Et c’est tant mieux, parce qu’il va falloir se dépêcher un peu. Le bus restant là pendant 1h30, vous devez changer de ligne et attrapper le bus Trex de la compagnie Bilar og Folk (oui, une troisème compagnie...). Ca vous laisse à peu près 20 minutes pour Strokkur.









Voici le geyser de Geysir, le Strokkur

Le bus part ensuite pour Gullfoss, la Chûte d’Or, une double chûte d’eau qu’enjambe assez souvent un (voire deux) arcs-en ciel. L’une des plus belle cascade du pays. Là aussi, comptez 20 minutes, ce qui est un poil juste, mais bon, en négociant bien avec le chauffeur, vous pouvez étirer un peu l’arrêt.




Gulfoss, la Chûte d'Or

Vous arriverez à Kerlingarfjallavegamót pour le déjeuner. Ca n’est pas vraiment un refuge, mais ça y ressemble bien ! Vous pourrez commander quelques trucs à manger (dont un excellent hangikjöt. Comme souvent, le café est à volonté. Comptez un peu moins de 700 Isk pour un repas, 3,9€). L’accueil est vraiment très sympa et vous trouverez quelques jeux de societé pour tuer le temps. Sinon, quelques courtes promenades sont possibles dans le coin. Selon les jours, la pause dure bien deux heures, ça vous laisse le temps de vous promener.




Une jolie cascade aux alentours

Le prochain arrêt est à Hveravellir, une superbe aire géothermique perdue au milieu des terres (camping possible), qui fume de partout. L’endroit est très peu fréquenté, même en période touristique (pourvut que ça dure !) et vaut vraiment le coup d’œil. Un hot pot est là, mais je crains que la pause de 45 minutes soit un peu courte pour tout voir et profiter de ce bain chaud. A vous de voir, sachant que vous croiserez pas mal d’autres hot pot au court de votre séjour.







Selon l’humeur du chauffeur et la sympathie qu’il a pour vous, il pourra s’arrêter parfois devant quelques points de vue sympa, notamment un lac artificiel de toute beauté lorsque le soleil se couche.





Arrivée prévue à 23h à Akureyri, après une pause d’une heure et demi à Vamahlid dans un N1. Les N1 sont des sortes de relais d'autoroute où vous trouverez toujours une superette, une petite cafetaria, voire un fast-food. A Akureyri, si vous partez vers avant Juin et après la mi Août, je vous conseille fortement de savoir monter votre tente dans le noir! Le camping n’est pas très loin. Montez la grande côte en direction de l’église (impossible de la louper) et continuer votre ascension pendant quelques minutes. Comptez 1000 Isk la nuit (5,5 €). L’accueil n’est pas des plus souriant. Vous trouverez un abri pour vous faire à manger, des machines à laver payantes (500 Isk, 2,8€) et des sanitaires à peu près corrects (très beau poème à la défécation écrit sur la deuxième porte des toilettes hommes…) dépourvus de douche. Deux solutions : soit vous allez vous doucher dans le gymnase d’à côté, franchement moche (300 Isk, 1,7€), soit vous allez à la piscine en plein air (400 Isk, 2,2€), qui est à 28°C, avec plusieurs hot pot à 38°C, jaccuzzi, sauna et cascade massante. A vrai dire, l’une des toutes meilleurs du pays, et qui est fréquentée à 99% par des islandais. Dépaysement assuré.

Dernière modification par Chat-alors : 07/10/2009 à 10h32.
Chat-alors est déconnecté(e) Voir une photo de Chat-alors sur son profil
01/10/2009, 13h30 #14
yué chan 
Licorne

yué chan

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Citation
Blue Lagoon un soir d'apocalyse
franchement c'est beau, on dirait que le paradis cotoie l'enfer ! Mais je me disais aussi en fait c'est artificiel.


On a l'impression d'être seul au monde en regardant tous ces paysages, il n'y a pas une seule âme qui vive. Cela dit c'est bien pour méditer.
As-tu des photos de la capitale ?

Dernière modification par yué chan : 01/10/2009 à 13h49.
yué chan est déconnecté(e)
01/10/2009, 16h36 #15
Chat-alors 
Ombre

Chat-alors

Re : [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Oui oui, je vais en publier. Il y a des coins très sympa, même si ça ne fait absolument pas capitale européenne! Pour l'heure, continuons avec notre visite de l'Islande, nos jonglages entre les bus, les phallus, les baleines et enfin, partons à la rencontre de curieux personnages...

Jours 9 :



Aujourd’hui, on va passe la journée à Akureyri. Vous pouvez commencer la journée par une visite à la piscine, pas trop tard si possible afin d’éviter les heures de pointe (c’est tout relatif…). Ensuite, une visite de la grande église est possible en dehors des heures de culte. Sinon, vous pouvez toujours jeter un œil, les cérémonies lutherienne étant bien différent de ce que l’on voit chez nous.



Une petite visite au jardin botanique est tout à fait envisageable, surtout par beau temps. C’est un endroit idyllique où l’on trouve à peu près tout ce qui pousse dans le pays, et quelques espèces de diverses climats. C’est très reposant.




En chemin, vous croiserez une de ces petites églises en bois délicieusement nordique. Beau contraste avec la première!



Si vous passez en ville, ne loupez pas Blaa Kanna (comment le louper ?), le « pot bleu », où vous pourrez boire un coup dans un cadre rappelant les vieux cafés (250 Isk, 1,4€ le coca, 3,9€ le demi de bière).



Vous pouvez flâner sur le port en admirant le fjord et voir peut être des bateau de croisière partir.



Si le temps n’est pas vraiment au beau, n’hésitez pas à aller au musée consacré à l’écrivain Jon Svensson, la célébrité locale (600 Isk, 3,3€). Le folk museum, situé juste à côté, est typique des folk museum du pays : un passioné rassemble des tas de choses, c’est souvent assez brouillon et pas forcément super intéressant. Réservez vous pour plus tard ! Si vous êtes motivé, vous pourrez terminer votre journée par la visite du musée de l’aviation, situé à une demi-heure de marche. Plein de reconstitutions, de maquettes et de documents ont été amoureusement mit en place par un amour des machines volantes (500 Isk, 2,8€). Le supermarché Bonus (c’est la chaine de supermarché la moins chère d’Islande, au célèbre petit cochon au regard torve) étant à l’extérieur de la ville, sauf si vous vous essayez au stop, vous préférez sans doute le 10-11 situé à côté de Blaa Kanna. Outre les classiques, vous trouverez dans celui-là un service de salades à emporter vraiment sympa.

Jours 10 :



Je suis au regret de vous dire que vous ne pourrez pas tout avoir (sauf si vous avez beaucoup de charme, ce dont je ne doute pas, et que le chauffeur est VRAIMENT sympa) et que vous allez devoir vous passer de Godafoss, la cascade où furent précipité les idoles païens lors de la conversion de l’île au christianisme en l’an 1000.. Cette chûte d’eau ne présente pas beaucoup d’intérêt, et vous n’y seriez resté de 5 minutes, de toute façon…




Donc, départ d’Akureyri à 8h15, par le bus 640a à destination de Detifoss. Au bout d’une heure et demie à longer les fjords, vous arriverez à la petite ville côtière de Husavik (« la baie des maison »). Je ne vous cacherais pas que c’est l’étape du jour. Là, tout dépendra de vos aspirations et de votre humour. En effet, juste à côté de l’arret de bus, vous ne rêvez pas, se situe en effet le seul et unique phallological museum. Dans cette petite maison, le propriétaire des lieux Sigurður Hjartarson a rassemblé près de 300 « spécimens » provenant d’a peu près 80 espèces allant de la baleine à la souris, en passant par l’élan et l’homme. En effet, après pas mal de recherches, et l’obtention de plusieurs promesses de dons, un phallus humain est enfin arrivé au musée. Vous trouverez également une section (enfin, un coin) où sont exposés des phallus d’elfes, de monstres divers et variés, ainsi que celui du Père Noël. Tout ces attributs virils flottent dans le formol, et c’est assez spécial, quand même ! Comptez 500 Isk (2,8€) et une demi-heure pour faire le tour de ce petit musée. Des cartes postales sont en vente sur place (et croyez moi, si vous cherchez des cartes originales, vous trouverez votre bonheur ici, à condition de bien choisir le destinataire !).

Quelques pas plus loin, vous trouverez le Whale Museum, un musée entièrement consacré aux cétacés. Il vous en coûtera 800 Isk (4,4€) pour tout savoir sur les baleines. Ce musée est très complet, très ludique et expose de façon vraiment intéressantes toutes les caractéristiques de ces nobles animaux, de leurs différences entre espèces à leur environnement, en passant par leur comportement. Une section est dédiée à Keiko, l’orque star (et islandais) du film « Sauvez Willy », une autre à la chasse (avec harpons à l’appui) qui se pratique toujours à mots couverts… Ne manquez surtout pas le premier étage, où des squelettes de baleines sont exposés. C’est vraiment très impressionnant !!

Selon l’heure, vous pourrez poursuivre votre visite par un tour de Whale Watching, à bord d’un joli bateau. Il en coûte 40€ pour environs 2 heures de promenade en mer. Husavik est d’ailleurs la capitale islandaise des baleines, et la compagnie de bateaux annonce 98% de chances de voir des cétacés. Soyons honnête, vous ne verrez pas, à moins d’avoir un pot phénoménal et en dépit des images sur les affiches, de grosses baleines. Les Mink, les baleines les plus courantes, sont en effet les plus petites (environs 2 mètres) et ne restent que très peu de temps à la surface. Il y a donc de fortes chances pour que votre tour soit agrémenté de quelques ailerons, un dos rapidement entrevu, un souffle parfois, quelques dauphins… mais rien de très très net. De toute façon, me direz vous, vous n’avez jamais de chance et rentrez à coup sûr dans la part des 2% n’ayant pas vu de baleines. Que nenni ! Si vous ne voyez rien (mais bon, le concept de ne « rien voir » est parfois tout relatif), la compagnie vous offre un billet gratuit. Sachant que le billet n’est ni échangeable ni remboursable, je vous conseille fortement, si vous voulez faire le Whale Watching d’Husavik, d’y aller dès votre arrivée. Ainsi, si d’aventure vous ne voyiez rien, vous pourrez refaire un tour, quitte à raccourcir la visite des musées. Renseignez vous quand même sur les résultats de la journée et des jours précédents. Au pire, si vous voulez être vraiment tranquilles, tentez votre chance à Reykjavik (moins sympa, il est vrai !). La période propice se situe entre la mi-Juin et mi-Août. Et surtout, quelque soit le temps qu’il fait sur la terre ferme, n’oubliez surtout pas de vous couvrir (très) chaudement : les embruns, le vent et la météo parfois capricieuse auraient tôt fait de vous changer en Mister Freeze, et ça n’est pas le gâteau à la cannelle ni la tasse de chocolat chaud qui vous sont gracieusement offerts à votre retour au port qui pourraient vous réchauffer !



NB : Si vous voulez vraiment voir des baleines de près, allez en Nouvelle-Zélande. Les Sperm Whale (ah ah ah, vous avez bien rigolé ? Bon, il s’agit de cachalot !) ont en effet la particularité de rester pendant de longues minutes à la surface.

Vous pourrez conclure votre visite d’Husavik par une promenade sur le port qui vous mènera jusqu’à la petite église luthérienne en bois, l’une des plus belle d’Islande !

Le bus 650a vous attend à la station service (là où vous êtes arrivés) à 17h00, pour vous emmenez jusqu’à Myvatn. Comme nul n’est parfait, ce trajet n’est pas compris dans votre pass, et il vous en coûtera donc 2000 Isk (11,1€)

NB : Pour ceux qui sont un peu court niveau temps, Husavik fait partie des étapes que vous pourrez zapper. Ainsi, le bus 62 de SBA peut vous prendre à 8h30 à Akureyri et vous déposer vers 11h à Reykjalhid. En plus, vous verrez Godafoss.

Au bout de quarante minutes, descendez à Reykjalhid. Là, vous avez le choix du camping : je vous conseil le camping Bjarg, qui est de l’autre côté de la route. Outre le fait qu’il soit plus propre et il est doté de douches gratuites (évitez les heures de pointe et attention aux bijoux en argent !), vous aurez la possiblité de camper au bord du lac Myvatn (et quand je dis au bord, c’est vraiment à 1 mètre de l’eau, si vous le souhaitez !). Petit inconvénient, il n’est pas vraiment donné (1100 Isk, 6,1€) et on peut être ennuyé par les moucherons (Myvatn signifiant moucheron) et éventuellement par les canards (emballez bien votre nourriture, ils n’hésitent pas à entrer dans les tente !), qui « minent » le terrain d’excréments. Pensez à prendre quelques piquets en plus de votre tente, vous risquez en effet d’en tordre quelque uns ici !


Jours 11 :



Aujourd'hui, vous allez pouvoir partir visiter le coin, soit à pied, soit en vélo (2000 Isk la journée, soit 11, 1€). Une balade sympa à faire (de préférence à pied) est de partir en direction du cratère local, le Hverfjall. Un petit sentier commence à quelques pas du camp. Vous marcherez dans un desert de roches lunaire pendant une heure, jusqu’à arriver à une faille.





La bonne surprise étant que vous pouvez entrer dans cette faille, et trouver un petit coin de paradis, illuminé d’un rayon de lumière. Ce sont les grottes de Grjotagja.





Selon votre état de fatigue et le temps qu’il fait, vous pouvez biffurquer vers les jardbödin vid Myvatn, qui sont les bains naturels de Myvatn. C’est à peu près à une heure de marche (moins, si vous êtes doué en autostop), et il vous en coûtera 1300 Isk (7,2€). Cependant, ça n’est peut être pas le meilleur plan… Continuez votre chemin vers le cratère (vous pouvez difficilement vous tromper) et au bout d’une nouvelle heure, vous serez au pied du Hverfjall, qui est calme depuis au moins 2500 ans (ça serait pas de pot s’il se reveillait maintenant !).



Trois solutions s’offrent à vous. Soit vous dites que c’est beau du pied et vous faite de tour par en bas, soit vous montez par le chemin « facile » pour arriver en haut du cractère et redescendez par le même chemin, pour faire ensuite le tour par en bas, soit vous monter par le chemin « facile », vous faite un demi-tour de cratère par le haut (attention, ça souffle vraiment fort !) et vous redescendez par le chemin « difficile », qui est en effet assez raide. A ne pas essayer sans des batons de marche ni de bonnes chaussures (que vous avez, puisque je vous l’ai conseillé, hein ?). Comme vous êtes intelligent, ça ne vous viendrait pas à l’esprit de descendre dans le cratère, certes éteint pour le moment, pour écrire des choses dessus… Le paysage est vraiment magnifique et offre un panorama inégalable sur le lac.








Bref, une fois que vous êtes descendu du Hverfjall, marchez un peu sur 2 km et vous vous retrouvez dans Dimmuborgir, « les châteaux noirs », dédale assez impressionnant de formations volcaniques. Celles ci sont assez fragiles, car très friables, donc, faites attention où vous mettez les pieds, vous pourriez vous faire mal (et ça abimerait le site). Plusieurs itinéraires sont prévus (et bien fléchés), du petit de 10 minutes à un de plus de 2 heures. Vous ressortirez par le parking, l’endroit par lequel les gens arrivent, normalement !







Et comme c’est très touristique, ne vous étonnez pas de croiser pas mal de monde sur la fin. Outre le fait que c’est bien plus tranquille, y arriver en fin d’après midi avec une lumière un peu rasante rend Dimmuborgir encore plus sympa. Pour info, si vous croisez treize personnages plutôt moches dans Dimmuborgir, ne vous inquiétez pas, ce sont les Yule Lads (« serviteurs de Noël »). Ce sont des créatures fantastiques mi humaines mi troll qui vivent ici et qui vont visiter les enfants à Noël pendant treize nuits. Ceux qui ont été sages ont des cadeaux, les autres trouvent à leur réveil une patate dans leurs chaussures. Ils ont chacun un nom, un caractère et une date d’arrivée et de départ précis. Citons par exemple Bjúgnakrækir, qui se cache dans les cheminées pour voler les saucisses, qui arrive dans la nuit du 20 Décembre et repart le 2 Janvier, ou Hurdaskellir (mon favori), dont le passe temps favori est de claquer les portes la nuit et qui arrive le 18 Décembre pour repartir le 31 Décembre. Le 7 Janvier, quand tous ont quitté la ville, on peut les voir une dernière fois se délasser dans les bains naturels de Myvatn (et je peux vous assurer que prendre un bain en extérieur en plein hiver avec treize bonshommes barbus et bizarres, qui chantent à tue-tête, il n’y a qu’ici que vous trouverez ça !).





Donc, revenons à nos moutons… Une fois sur le parking, deux solutions : soit vous rentrez à pied, soit vous faite votre tête la plus sympa et vous tentez l’autostop. Comptez donc cinq ou six bonnes heures pour faire toute cette promenade. Pour vous récompensez, vous pourrez aller visiter Rekjalhid (très vite fait) et vous offrir un smoke char, un morceau de truite fumée sur du pain cuit dans la lave (700 isk, 3,9€) ou skyrtart, une pâtisserie au skyr (300 isk, 1,7€) à Gamli Baerinn (« la vieille ferme »). N’arrivez pas trop tard, le lieu est très vite plein (surtout depuis que cette adresse apparaît dans tout les guide de voyage. Avant, il n’y avait pas un chat !). En sortant, vous pourrez admirer les coulées de lave ayant miraculeusement épargnées l’église, et le coucher de soleil sur le lac.



Festivités de Noêl : Yule, comme on appel cette période dans les pays scandinaves et qui désigne à la base le solstice d’hiver, est une fête très très populaire, bien plus encore que chez nous. Les gens décorent leurs maisons, tirent des feux d’artifice depuis leur jardin, bref, c’est une période où il peut être sympa de visiter le pays. Les figures majeures de Noël sont incontestablement les Yule Lads (jólasveinarnir) qui distribuent des cadeaux aux enfants sage pendant treize nuits avant Noêl. Ce sont les enfants de la troll Gryla. A noter qu’en Islande, les trolls sont des créatures éminament bienveillantes. Vu que ses enfants étaient un peu facécieux (vous allez voir à quoi se résument leur passe-temps!) et ne tenaient pas en place, elle les chassa de chez elle et ils trouvèrent refuge à Dimmuborgir. Chaque année, ils quittent un par un leur habitat pour aller à la rencontre des humains pendant treize nuits. Puis, fatigués, ils regagnent leur pénates et on n’entend plus parler d’eux pendant un an. Il est possible de les croiser en journée à Dimmuborgir peu avant cette période de Noël, en ville pendant Yule et tout les treize ensemble dans les bains de Myvatn le 7 Janvier. Chacun d’entre eux à un caractère bien précis. Les voici:

- Stekkjastaur arrive le 12 Décembre et repart le 25 Décembre. Il aime courir après les moutons, mais les rattrape rarement car il boite (un ancien accident avec un mouton)

- Giljagaur arrive le 13 Décembre et repart le 26 Décembre. Il se cache dans les failles, guettant un moment d’inattention des bergers pour se glisser dans les étables et voler le lait des brebis.

- Stúfur arrive le 14 Décembre et repart le 27 Décembre. Il est tout petit et trapu et aime voler les casseroles sales pour ce qui a attaché au fond

- Þvörusleikir arrive le 15 Décembre et repart le 28 Décembre. Il vole des cuillère (des Þvörur, son nom signifiant lèche cuillère) pour les lécher, ce qui ne lui profite pas parce qu’il est tout maigre

- Pottaskefill arrive le 16 Décembre et repart le 29 Décembre. Il aime voler les restes dans le garde manger



- Askasleikir arrive le 17 Décembre et repart le 30 Décembre. Son truc à lui, c’est de se cacher sous les lits pour voler des plats (les « askur », des sortes de tonneaux à couvercles qui servent de plats, traditionnellement)



- Hurðaskellir arrive le 18 Décembre et repart le 31 Décembre. Il aime claquer les portes de la maison en pleine nuit. Ca participe aux festivité du Nouvel An…



- Skyrgámur arrive le 19 Décembre et repart le 1er Janvier. Il aime se goinfrer de skyr



- Bjúgnakrækir arrive le 20 Décembre et repart le 2 Janvier. Il aime se cacher dans le conduit de la cheminée pour voler les saucisses qu’on met à cuire



- Gluggagægir arrive le 21 Décembre et repart le 3 Janvier. Il aime regarder à la fenêtre des maisons pour (non, c’est pas ce que vous pensez…) repérer des choses à voler. Mais comme il est trop peureux, il ne vole jamais rien



- Gáttaþefur arrive le 22 Décembre et repart le 4 Janvier. Grace à son grand nez, il trouve toujours le laufabrauð, le pain de Noël



- Ketkrókur arrive le 23 Décembre et repart le 5 Janvier. Il utilise un grand crochet pour voler la viande laissée à sécher



- Kertasníkir arrive le 24 Décembre et repart le 6 Janvier. Il suit les enfants pour voler leur bougie et les manger. Comme les gens sont gentils, les bougies, pour Noêl, sont faites en graisse animale (du bœuf, en général) et donc tout à fait comestibles. Ca serait bête d’arriver aux urgences avec un Yule Lad un soir de Noël, quand même !



Les enfants sages ont donc des cadeaux pendant treize jours. Les enfants méchants, eux, ont une vieille patate. A noter que cette punition était jadis bien pire : l’animal domestique des Yule Lads est le Yuletide Cat, une créature qui emmènerait avec lui pour les croques les enfants n’ayant pas eu de souliers neufs (la récompense des enfants sages) à Noël. Sous l’influence du Père Noêl, leur physionomie est devenue plus bonhomme, leur costume s’est paré de fourrure et de rouge.

Dernière modification par Chat-alors : 13/10/2009 à 18h26.
Chat-alors est déconnecté(e) Voir une photo de Chat-alors sur son profil

Navigation rapide:

« Discussion précédente | Discussion suivante »
Emplacement :
Actualiser  Hyjoo > Forums > Le village > Le comptoir > [Histoire & Géographie] Islande, entre le feu et la glace

Utilisateurs regardant cette discussion : 0 ( membre(s) et 0 invité(s))

Discussions similaires 
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
[Histoire & Géographie] Le Japon. Assuran Zala Le comptoir 541 04/08/2011 14h22
[Histoire & Géographie] Le Laos. Viranya Le comptoir 37 11/08/2009 17h46
[Histoire & Géographie] Taiwan tigra.grece Le comptoir 1 11/05/2008 16h50
[Histoire & Géographie] Le Chamanisme. Katsue Le comptoir 22 09/11/2007 22h24
[Histoire & Géographie] Halloween Yuuryo Le comptoir 12 04/11/2007 20h18
Rechercher dans cette discussion 
Rechercher dans cette discussion:

Recherche avancée


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 17h48.

Edité par vBulletin - Copyright © 2000-2005 Jelsoft Enterprises Limited
Copyright © Hyjoo - Tous droits réservés